samedi 29 novembre 2008

Un sympathisant nous écrit - « CLARIFIER LA SITUATION SVP » !

Un sympathisant nous écrit - « CLARIFIER LA SITUATION SVP » !

« La réaction de Carl Lang a été saluée par tout le monde, c'est une évidence. Elle se dessinait, on la devinait, elle a tarder à venir, mais elle est venue. C'est déjà un sursaut de salut public, si on peut s'exprimer ainsi, et cela peut devenir bien plus. Cela peut être l'acte fondateur du renouveau si tout le monde s'en donne la peine.

C'est pour cette raison qu'il faut aller un tout petit peu plus loin dans la réflexion avant de passer à l'action.

Pour le moment, si Carl Lang a surpris tout le monde, (très agréablement sauf pour Marine Le Pen et son dernier carré bien sur), Jean Marie Le Pen l'a tout de même piégé. En effet, Carl est suspendu du FN, le Bureau Politique vient de « condamner sévèrement les candidatures dissidentes », mais il n'est pas exclu. Cette situation quelque peu « pourrie » et « entre deux chaises » empêche toute dynamique, quelque soit le camp en question, et crée un statu-quo dans le partage des rôles. A Marine Le Pen le soutien officiel du FN et de son père, le logo, les affiches et surtout les médias. A Carl Lang le soutien des militants et cadres historiques, de l'ex imprimeur officiel du FN Fernand Le Rachinel et de tout (du moins 90%) ce que la Droite Nationale Historique compte d'organisations et associations hors FN. On pourrait résumer la situation par « à Marine le virtuel et à Carl le réel », ou par « à Marine l'image, à Carl le terrain », même si c'est dans l'esprit, que le trait est volontairement grossi et que Marine Le Pen aura quelques soutiens militants et Carl quelques accès aux médias.

Devant le tollé général face aux injures faites à Carl, les Le Pen ont du quelque peu calmé le jeu. Il faut dire que cela avait été bien trop loin, certains allant, au-delà des basses insultes, jusqu'à mettre en cause la vie privée de Carl, la nationalité de son épouse (suédoise), la scolarité de ses enfants, et plus encore. Au final (et pour le moment), Jean Marie Le Pen doit penser que la situation n'est pas si mauvaise que cela pour sa fille et qu'elle pourrait tirer son épingle du jeu en étant tout simplement élue contre tous les vrais militants et contre toute attente. Surtout, JMLP pense d'abord à lui et à son élection personnelle en région Sud Est et espère donc ne pas avoir de concurrence. Alors, dans le nord, certes, les médias présenteront Carl Lang comme un candidat dissident du Front National, mais après tout, la frontière est ultra mince entre un « candidat dissident et suspendu du FN » et un « candidat ancien haut dirigeant du Front National récemment exclu ». Sauf que cela empêche la création de toute dynamique et de toute synergie par Carl Lang et ses équipes.

On peut légitimement parier que ce sujet est au cœur des discussions entre Carl Lang et Fernand le Rachinel. M le Rachinel, en vieil habitué des contingences matérielles et financières en matière d'élections, sait bien que les espoirs sont minces sans dynamique nationale entrainante. En dehors de Jean Claude Martinez, (dans la même situation que Carl), il n'y a (à ce jour) aucun autre cas similaire dans aucune autre grande région électorale (excepté le "Front Régional" de Guy Macary et Ronald Perdomo en Paca, mais ceux-ci restent désespérement silencieux). Il y a bien sur des velléités et du monde au portillon, mais rien de concret ni d'officiel pour le moment. Tout juste peut-on noter que la démission de toutes ses fonctions de Martial Bild a autant marqué les esprits que l'affaire Carl Lang.

Il faut d'abord et en premier lieu voir si Carl et ses équipes peuvent s'entendre avec Jean Claude Martinez et le cas n'est pas simple. Jean Claude Martinez s'était largement rapproché d'Alain Soral et de son club « Egalité et Réconciliation ». Il ont en commun la vision « Alternationale » du monde et un ultra-républicanisme jacobin forcené. Comme un peu partout en ce moment dans la sphère nationale, c'est le règne du silence, des non-dits, des négociations tous azimuts et de l'attente pour ne pas parler de mutisme. Martinez acceptera t-il de revenir au syncrétisme qui a régné au sein du FN durant trois décennies, en ralliant Carl Lang et ses équipes ? Car Lang acceptera t-il de prendre le risque de dérapages voire de dérives par rapport à une ligne fixée à l'avance (et en commun) ? Martinez voudra t-il y aller seul sous la bannière unique de l'alternationalisme, s'il obtient l'entier appui de Soral (ce qui n'est pas à exclure) ?
Beaucoup de questions pour le moment sans réponse. Il faudra bien qu'elles viennent ces réponses tant attendues et que la situation se décante avant les fêtes de fin d'année, voire au maximum avant le 15 janvier dernier carat, car le temps presse et la campagne arrivera plus tôt que prévu.

Ce n'est évidemment pas terminé, car d'autres questions se posent, d'autres rumeurs circulent, d'autres évènements peuvent advenir et d'autres surprises surgir. Les négociations vont bon train et rien n'est tout à fait à exclure.

D'abord, Jean Marie Le Pen peut revenir en arrière. Ce serait une réelle première dans toute son histoire, tant personnelle que politique, mais après tout, la vie est parsemée de « premières fois ».
A vrai dire, il y a réellement très peu de chances que ça se produise, mais sait-on jamais.
Ensuite, que va finalement faire Bruno Gollnisch, dont il se dit qu'il pourrait renoncer prochainement à être tête de liste FN aux européennes dans la grande région Nord Est. Il a précisé qu'il le restait « pour le moment », ce qui laisse forcément la place au(x) doute(s) et à toutes les interprétations.

Les exclusions, purges, départs volontaires et démissions de fonctions se multipliant partout au FN, il n'est pas certain que M Gollnisch ait une envie folle d'y aller d'ici quelques semaines. En mettant bien sur de côté le Comité Central, au sein de l'appareil exécutif du Front, Bruno Gollnisch n'a plus qu'une poignée de fidèles autour de quelques cadres (Jalkh, Martinelli, Touzot, Salagnac, Hubault, Guiniot, de la Tocnaye et deux ou trois autres). Il suffirait vraiment de quelques nouveaux départs pour que M Gollnisch penche pour l'option du refus et se tienne à l'écart des prochaines élections européennes, voire aille plus loin. A voir...

Le cas de Martial Bild inquiète également et reste en suspend. Il avait été soupçonné (à tort), il y a quelques temps de cela, d'avoir pris langue avec le MPF, suite à une supposée rencontre informelle entre Philippe de Villiers et Bernard Antony. De toute façon, les conditions apparemment posées par Romain Marie au Vicomte avaient été rejetées par ce dernier et cela avait logiquement tout fait capoter. Que va faire Martial Bild ? Va t-il rester « en réserve de la république » et donc en retrait, ou va t-il au contraire rebondir et agir ? Personne ne le sait vraiment, mais, connaissant le bonhomme, il n'est pas certain du tout qu'il accepte longtemps de rester loin de l'action politique.

Le cas de Philippe de Villiers est lui aussi relativement flou. Après le départ de Peltier vers l'UMP, il a réorganisé son MPF autour de fidèles et grâce à Patrick Louis, nouveau Secrétaire Général et eurodéputé sortant de la grande région Sud Est. Il a changé son fusil d'épaule et entend dorénavant proposer de « Changer d'Europe » autour du slogan « Oui à l'Europe, Non à Bruxelles ! ». Ce n'est pas idiot d'un point de vue tant stratégique qu'électoraliste, mais à l'heure actuelle, aucun succès n'est garanti lors des prochaines élections européennes qui ont pourtant souvent été du pain béni pour le MPF. Certes, il n'y a plus Pasqua et le MNR en concurrents, et, apparemment, l'Alliance « MPF RIF » qui avait fort bien fonctionné en Ile de France avec Paul Marie Couteaux a toutes les chances de se renouveler Mais il a Carl Lang, Jean Claude Martinez et le « Front Régional ». Surtout, il y a un fait nouveau et d'importance. Nicolas Dupont Aignan vient de porter son nouveau parti, « DLR – Debout la République », sur les fonds Baptismaux, et il a annoncé très clairement qu'il refusait à l'avance tout accord avec le MPF et Philippe de Villiers, ne voulant pas être « trop marqué à Droite » et désirant réunir tous les souverainistes « de gauche comme de droite ».

Ce non-accord qui s'annonce entre le MPF et DLR est une catastrophe pour le Vicomte et augure mal des potentialités électorales de Villiers et de ses amis pour 2009. Il est à peu près assurer d'avoir trois élus en juin prochain. Deux dans sa région dont lui même et Paul Marie Couteaux en Ile de France, si tout va bien. Mais pour le reste, il n'y a aucune certitude du fait de la concurrence, surtout si les candidatures DLR et « FN dissidentes » se confirment partout.
Alors il attend et réfléchi beaucoup. Certains de ses amis du nord lui ont conseillé un rapprochement avec Carl Lang, mais, à l'heure actuelle, ceci ne semble guère crédible. D'autres lui ont suggéré de mettre Jacques Bompard tête de liste en grande région Sud Est. L'idée est certes séduisante, mais Villiers a peur d'être immédiatement étiqueté « extrême droite » et marqué au fer rouge le restant de sa carrière politique. Reste que la fin de non recevoir de Dupont Aignan change la donne et limite fortement les chances de succès du MPF aux prochaines élections européennes. Il va lui falloir d'autant plus trouver une solution que ses contacts avec Nicolas Sarkozy n'ont rien apporté de concret et de viable pour lui jusqu'à maintenant. Et si la Présidence de la République considère que M Dupont Aignan est plus fiable, elle laissera tomber Philippe de Villiers définitivement.

Concernant le MNR, il est évidemment ravi de constater que ses analyses étaient bonnes et il se réjouit surtout d'avoir renvoyé Nicolas Bay et Jacques Gaillard qui voulaient l'inféoder à Marine Le Pen et en faire une sorte de « Parti Populiste » bis, c'est à dire rien du tout en fait.
La direction du MNR vient de publier le communiqué suivant qui en dit long. ( http://www.m-n-r.fr/news692.htm )

« FN: l'inéluctable échec du népotisme. Le Front National, décidément incapable de retenir ses meilleurs éléments, subit une nouvelle grande scission. Pour Annick Martin, Secrétaire Générale du MNR, ces nouvelles péripéties confirment le déclin politique et électoral du FN. Elle rappelle que les mêmes causes – népotisme, autoritarisme, mépris des adhérents – avaient abouti à la création du MNR. Elle estime qu'aujourd'hui le départ massif de cadres et de militants de valeur, dont Carl Lang, Jean-Claude Martinez et Fernand Le Rachinel, est une opportunité pour mener avec eux, les actions groupées dont notre pays a besoin en cette période si difficile pour nos compatriotes. Cette nouvelle dislocation du FN prouve enfin à quel point le MNR avait raison lorsqu'il dénonçait l'incapacité du FN à rassembler et son renoncement à gouverner. »

Ainsi, le MNR annonce la couleur et se dit prêt à aider Carl Lang. Ce serait un juste renvoi d'ascenseur, vu que Carl fut un des plus grands défenseurs de feu « l'Union des patriotes ». A noter que c'est tout sauf négligeable, vu que si les derniers résultats électoraux du MNR furent catastrophiques et que le FN a encore une certaine aura médiatique (donc toute virtuelle et qui ne saurait tenir bien longtemps si la situation perdure), au plan du nombre d'adhérents, des militants et sympathisants, des structures, des cadres et donc de la matière grise, l'écart est, à ce niveau, bien moindre entre le MNR et ce qu'il reste du FN.

Récemment, une énième rumeur (il y en a beaucoup en ce moment) faisait état d'un possible retour de Bruno Mégret en politique, aux européennes, dans le Sud-Est, pour prendre une éventuelle tête de liste d'un grand rassemblement patriotique soutenu par quantité de forces nationales hors FN (dont le "Front Régional" ?). Fantaisiste ? A voir, car l'échec programmé de l'Union Patriotique lui est resté au travers de la gorge et en bon politique il sait mieux que quiconque qu'un rebond est toujours possible, du moins n'est jamais tout à fait à exclure. De plus, cela ne lui déplairait pas de rendre la monnaie de sa pièce à Jean Marie et Marine Le Pen, lui qui sait aussi que la Roche Tarpéienne n'est jamais loin du Capitole. L'avenir nous éclairera sur le caractère sérieux ou non de cette rumeur.

Bien d'autres questions se posent encore et restent pour le moment sans réponse. Que vont faire les Identitaires, Bernard Antony sortira t-il du silence et de l'inaction (politique), d'autres vont-ils (re)plonger dans le combat électoral (Olivier Pichon, Jean Yves Le Gallou, Frédéric Pichon, les époux Spieler, Pierre Vial et quantité d'autres encore), dans quel état sera le FN d'ici quelques semaines. En cette veille de période de fêtes de fin d'année, nous ne sommes pas au bout de nos surprises.

Alors une suggestion mesdames et messieurs, rien qu'une modeste suggestion. Si les Le Pen ne reviennent pas en arrière et à la raison, sur le fond comme dans la forme et à tous les niveaux. Si le rassemblement de toutes et de tous est devenu rédhibitoirement impossible au sein du Front National, votre devoir est de vous unir impérativement et tous ensemble derrière la réaction salvatrice de Carl Lang, le seul à ce jour capable de réaliser l'indispensable synthèse.

Si le FN continue de s'autodétruire du fait de l'attitude suicidaire d'une poignée, c'est votre devoir de vous unir puisque vous êtes tous d'accord sur l'essentiel. Que vous soyez encore au FN, au MNR, au MPF, chez les Identitaires ou dans des structures plus petites du genre RN, NDP, voire dans des clubs et cercles nationaux, du moment que vous avez appartenu un jour au Front National ou que vous partagez les idées forces défendues par Carl Lang et ses ami(e)s, vous devez toutes et tous vous rassembler pour donner un avenir au Mouvement National.
Ce ne sont pas les leaders qui manquent, mais la volonté d'agir.

Faites confiance à Carl Lang. Il est politiquement né au Front National, il y a milité 30 ans, il en a été le très brillant Secrétaire Général durant 14 ans (2 fois 7 ans), un constructif et puissant délégué général durant 3 ans, il n'a jamais manqué à ses devoirs avec honneur, droiture et une extrême fidélité. Pour ne citer qu'une anecdote, tout le monde se souvient de ce début d'année 1999 très délicat, où Carl Lang a monté toute une équipe de plus de 100 militants dévoués, pour aller rejoindre Susini sur les Bouches du Rhône afin de lutter pied à pied contre Bruno Mégret et ses équipes alors très puissantes sur Marseille et alentours. C'est lui l'homme qui, a lutté face à face avec Bruno Mégret et qui a sauvé le Front National (avec Bruno Gollnisch, Martial Bild, Bernard Antony, [†] Marie France Stirbois, les époux Baeckeroot, Jacques Bompard et tant d'autres aujourd'hui exclus, menacés ou humiliés) qu'on tente vulgairement et de la façon la plus méprisante de faire passer pour un vulgaire traitre et un moins que rien.
Tout le monde sait que sans Carl Lang et les autres dirigeants cités avec, Le Pen aurait très largement perdu face à Mégret, qu'il n'aurait donc jamais été au second tour de la Présidentielle 2002 et qu'il aurait arrêté illico sa carrière politique ! Carl Lang a tellement notre Idéal chevillé au corps et au cœur, il place tellement nos Idéaux au-dessus de tout qu'il a été un des très rares hauts dirigeants Frontistes à tout faire pour que « l'Union des Patriotes », rêve et espoir de toutes et tous à la base (contrairement aux mensonges des mauvais), soit un réel succès, en pardonnant à Bruno Mégret et en travaillant avec lui pour un rapprochement sincère et franc entre le MNR et le Front, sans plus jamais ressasser les querelles du passé, en laissant « les morts enterrés les morts ».
Dire que ceux qui la ramènent aujourd'hui n'ont pas fait le 1/1000ème de ce que Carl a fait pour la cause. C'est plus que pitoyable !

Alors OUI, vous pouvez et vous devez faire confiance à Carl ! Il n'est pas le « Messie » ni l'Homme providentiel, et ne souhaite de toute façon pas l'être. En plus d'être un militant dévoué, brillant et infatigable, c'est un excellent débatteur, un très bon orateur, un analyste hors pair dont le calme le dispute à la sérénité et à la fermeté. Nos ennemis des réseaux "Reflexes" l'avaient surnommé "La Machine" mais nous préférons, pour notre part, voir en lui une réelle "Force Tranquille". Il est à fois sûr de lui, idéaliste et surtout pragmatique. Nous savons bien qu'il ne nous décevra pas. Il sait bien qu'avec l'après Le Pen, il faut certes inventer d'autres modes de fonctionnement pour le Mouvement National, mais que la synthèse dans le syncrétisme reste la seule et unique solution.
Qui d'autre que lui peut réussir ce pari à mi-chemin entre Tradition et Modernité ? Pas grand monde.

Les questions, hypothèses et rumeurs vont se multiplier ces prochains jours voire les semaines à venir. En attendant des réponses claires, il faut espérer en la sagesse et en la clairvoyance du plus grand nombre, afin que l'Union de toutes et de tous soit de nouveau possible, loin des querelles aussi inutiles que destructrices. Faisons confiance à Carl. Il a pris la bonne décision en toute connaissance de cause, il sait donc où il va. L'avenir le confirmera ! ».

NDLR : Nous remercions notre visiteur de cette contribution. Nous la publions bien volontiers. Nous avons corrigé ce texte reçu uniquement pour ce qui relève de la grammaire et de l'orthographe. Nous le faisons nôtre à 100% ! Quand on se sait dans le juste et le vrai, tout est pardonnable, même aux imbéciles. Cependant, nous confirmons que toute union doit se faire sur la base des idées et pas autre chose ! Ceci exclut donc toute atteinte aux fondamentaux comme toute initiative délirante et grotesque de type « atlantiste », choses que nous avons malheureusement constaté tout récemment encore. Pour ce qui est de la (des) clarification(s), nous pensons tout comme vous que les choses vont se décanter très rapidement. Il le faut bien.

TOUS AVEC CARL LANG !

6 commentaires:

franc-sparte a dit…

Tres long texte, interessant mais il est impossible d'y repondre point par point sauf à rendre ce fil illisible.
Je vais donc me contenter de repondre sur un point.

Ce serait une grave erreur de faire une "union des patriotes" en agrégeant à Carl Lang tous les groupes cités par votre sympathisant.

Si je m'en tiens à mon idée fixe qu'il faut batir un Grand Parti de militants, l'union des patriotes est tres tres loin de pouvoir assurer cette masse militante. Et elle porterait deja en germe un futur éclatement du mouvement, les memes causes produisant les memes effets, qui a bu boira, qui est parti une fois pourrait bien repartir encore, il suffit de regarder certains parcours étourdissants ...

Si on pense en termes d'impact électoral alors il faut avoir le courage de dire que le peuple se fiche completement de Martinez ou Bompard ou Bild (et même Lang pour le moment) à supposer même qu'il les connaisse. Attention à l'effet Potemkine, nous nationalistes sommes au milieu du probleme, le reste, la grande masse populaire ne connait guere que Jean Marie et Marine et à la limite se souvient de Megret.

Alors ? Que Carl Lang soit à la hauteur des nouveaux habits qu'il a choisis et le reste suivra automatiquement, les militants (et non pas les groupes ) viendront, entrainant d'autres militants, PUIS un essor électoral entainant de nouveaux militants etc. , un Grand Mouvement prendra son essor sans le moindre grumeau martinezien, bompardien megretiste ou que sais je encore.

Pour ce qui est de Martinez en particulier (je ne reviens plus sur le cas Bompard)je suis tres reservé. Martinez était amusant sur les plateaux pour son côté atypique qui déstabilisait ses interlocuteurs. En revanche je ne me souviens pas de lui avoir entendu dire le moindre propos clairement identitaire ou nationaliste.

Une union Lang - Martinez aurait l'avantage de donner l'illusion d'un mouvement national plutôt que seulement "grand-nordiste" mais serait vite gaché par la rupture prévisible qui suivrait, j'en suis convaincu.

Enfin je recommande d'éviter des phrases du style "Carl Lang n'est ni le messie ni l'homme providentiel" propre à décourager les ardeurs militantes en gestation.

Tout le monde sait que nous attendons bel et bien un homme providentiel.

Si ce n'est pas Carl Lang à quoi bon suivre Carl Lang ? Si ce n'est pas Carl Lang on le verra bien assez vite, inutile de nous décevoir par anticipation, et si ce genre de comparaison semble mystiquement ridicule il suffit de ne rien dire (qui est mieux que de ne dire pas ce qu'il faut)

A l'équipe de TACL, bravo pour votre initiative (qui a deja été remarquée par Rivarol au sein d'un article trop neutre à mon gout), continuez avec courage et confiance.

Anonyme a dit…

Pour ton info : Jalkh et Martinelli sont avec Marine et non avec Bruno

Ferret a dit…

Bravo à votre site.
D'accord avec Franc-Sparte, il faut créer un véritable appel d'air à militants et non agréger ou additionner les ambitions. Cependant, il faut bien un début à tout et jean marie le pen lui même à commencer ainsi. Il a rassemblé une large majorité des composantes de la droite nationale, parfois contradictoires, antagonistes enfin pas d'accord sur tout c'est le moins qu'on puisse en dire. Je trouve que l'article dit vrai sur la synthèse qui est indispensable, car c'est ce qu'à fait jean marie le pen et qu'il faudra refaire demain. Hors la synthèse, j'ai le souvenir de très nombreux points de désaccord à l'époque entre "monarchistes", "catholiques traditionalistes", "nationalistes intégraux", "nationalistes révolutionnaires", "solidaristes", "nationaux républicains", etc. Ca n'a pas évolué depuis le temps.
Enfin, je ne pense pas que d'affirmer que Carl Lang n'est pas le "l'homme providentiel" puisse être décourageant, au contraire c'est un langage de vérité. Carl a lui même fixé le cadre de son action et, rien que pour ça, bravo à lui. Cela veut dire en gros et en clair "plus jamais de monarque de droit divin et absolue à la tête du mouvement national sans contrepoids" et pas autre chose ! Durant 10 ans, de 78 à 88, le duo "le pen - stirbois" a parfaitement fonctionné dans le partage des rôles. On ne refera pas le passé, mais inventer quelque chose comme ça serait bien.
De toute façon, je pense que c'est l'action dans l'évènement qui donne à l'homme la fonction (voir ce que vient de réaliser Carl), puis que c'est la fonction qui fait l'Homme et non l'inverse. N'oublions jamais que le plus souvent "sous Bonaparte perce Napoléon". Nous verrons bien.
Un mot sur Jalkh et Martinelli. Martinelli est un jeune homme brillant et droit (il a notamment été l'initiateur de l'union patriotique), et je pense qu'il hésite fortement. Son cœur doit pencher pour Carl et un certain aspect matériel (non critiquable) doit le faire pencher pour marine le pen, enfin on peut l'imaginer. Si Carl gagne son pari de rassemblement, il suivra, comme d'autres du temps de jean marie le pen il y a 30 ans et plus. Mais ce n'est qu'une hypothèse.
Concernant jean françois jalkh que l'on sait être un homme de dossiers et un grand travailleur, j'en ai gardé le souvenir d'un militant honnête et proche de Carl, mais depuis de l'eau a coulé sous les ponts et je ne sais pas du tout qui il soutient. S'il ne suivait pas Carl, ce serait une erreur. Le mieux serait une union sincère autour de Carl Lang et Bruno Gollnisch qui donnerait sa place à chacun, y compris marine le pen bien sur (encore faut-il qu'elle le veuille et arrête d'agir à la manière d'Attila). C'est ce que je retiens de cet article. L'union doit concerner tout le monde, dans le respect de tous et uniquement sur la base des idées force. Tout le reste n'est que vaine littérature.

Anonyme a dit…

Franc sparte je partage tout à fait votre analyse. Il y a quelques années effectivement le raliement aurai pu se faire par groupe, mais par faute de clarté les groupes ne sont plus du tout compact. Ce sont maintenant des individus qui vont venir. . Les chouans sont allés chercher les chefs, nous espérons en Lang
qu'il en soit conscient.

Anonyme a dit…

Oui bien dit et je suis sur qu'il a conscience des enjeux ! Il a assez avalé de couleuvres, maintenant il est en route il ne va pas s'arrêter.

Philippe a dit…

Je pense au contraire que Carl Lang ne doit pas se jeter seul en tant que leader dans la création d'un énième groupuscule.
Les électeurs ne connaissent que le sigle FN et le nom Le Pen.
Il y a trop de partis et mouvements : MNR, NDP, NDR, PP etc...
Les électeurs de base ne s'intéressent pas aux turpitudes de la droite nationale. Le nom de Carl Lang ne leur dit rien.

A mon avis, il faut frapper fort les esprits et les médias. Pour cela, seul une nouvelle union peut marcher. Il faut monter des listes partout sauf dans l'Est (à laisser à Gollnisch) sans créer de parti pour le moment. Et il faut des noms connus dont le rassemblement fera la une des médias : Antony dans le Sud avec Martinez, Spieler, rapprochement avec le MPF via Bompard et surtout ne pas exclure le retour de Mégret.
Bruno Mégret et le MNR ont un rôle majeur à jouer à nouveau.
Tous avec Carl Lang, OUI mais pas tous avec seulement Carl Lang.