dimanche 5 avril 2009

SCANDALE VOUS AVEZ DIT SCANDALE ? A PROPOS DE « GENTLEMAN ORELSAN » ET DU RAP EN GÉNÉRAL...

[Cliquez sur l'image pour l'agrandir]


A propos de « gentleman orelsan » et du rap en général...

Scandale vous avez dit scandale ?


Suite à l'affaire « orelsan », du nom du rappeur et de son « tube » (sic) « sale pute », nous sommes obligés d'intervenir dans le débat pour tenter de remettre les pendules à l'heure. Il le faut bien, si nous entendons faire en sorte que les Françaises et les Français ôtent leurs oeillères et ouvrent enfin les yeux...

Orelsan, de son vrai nom Aurélien Cotentin, est un rappeur comme il en existe malheureusement trop pour nous, et son « art » est d'une affligeante banalité.

Cependant, faire éclater un scandale pour cause de propos violemment anti-féminins revient à lui faire de la publicité gratuite. On peut légitimement se demander si certains ne possèdent pas l'art du tapage et de l'indignation à géométrie variable. Certes, dans les « paroles » de « sale pute », il menace son ex petite amie volage des pires actes allant de l'agression à la mort avec souffrance (assurément dans des conditions dignes et humaines), mais c'est oublier tous les autres rappeurs qui se permettent, avec la bénédiction de toute l'industrie du « show biz jet seteux », absolument tout, et notamment la promotion médiatique de propos qui mériteraient au moindre militant patriote ou nationaliste plusieurs années de prison ferme.

Du rap communautaire (« la famille! »), au rap dit « anti système », en passant par le rap « macho violent » et jusqu'au dit « gangsta rap » (« rap de gangster » faisant la promotion du banditisme), tout y passe, absolument tout. En vingt ans on est passé de « nique ta mère » à « nique tout le monde » !

Au début des années 90, le gouvernement en place et toutes les forces du système ont initié toute une batterie de lois afin d'éradiquer (par la force) le mouvement « oi » (musique nationaliste des groupes « skinheads » radicaux), prenant prétexte de soit disant dérapages racistes, qui, si tant est qu'ils aient existé, auraient du relever du simple tribunal de police (et au cas par cas). Mais NON, il fallait exterminer l'extrême droite radicale, du moins toute tentative de représentation culturelle officielle. Pendant ce temps là, l'extrême gauche et les rappeurs avaient droit au tapis rouge de la liberté d'expression sans limite aucune, au nom de la « créativité artistique », qui, comme on le sait, n'a de bornes que celles du « fascisme », telle que communément défini par le système bien sur.

Les français ont laissé faire, et aujourd'hui on s'étonne du résultat...

Cette farce restera dans l'histoire comme un modèle de dérèglement constructiviste absolu, et sera étudiée comme telle par les sociologues du futur.

Alors nous n'allons pas faire un catalogue de l'horreur mais simplement donner un seul petit échantillon, en soulignant bien fort que ce n'est pas un exemple isolé, mais bien plutôt la règle majoritaire dans le rap. Des textes à scandales, nous en avons répertorié déjà plus de 100, rien que dans les labels dits « majors » de l'industrie du disque.

Le communautarisme jouant à plein en France depuis quelques années déjà, celles et ceux ne s'intéressant pas au rap ne peuvent pas savoir. Mais les autorités ? Ils regardent mais ils ne voient pas. Ils écoutent mais ils n'entendent pas. Vieille leçon humaine...

Notre exemple concerne un certain DJ Moha. Il s'agit d'un « artiste » issu de la bonne ville du Mans, capitale mondiale des rillettes. « DJ Moha » avait commis un tube en 2007 un peu avant la présidentielle. Ce morceau (d'anthologie ?) s'appelait « Moha VS Sarko » (Moha contre Sarko). Ce titre vient d'être repris dans une compilation de rap dénommée poétiquement « cli cli, notre plaque tournante », par un "artiste" dénommé pour sa part « truand 2 la galère » ... tout un programme.

Cette aimable chansonnette, déjà ultra violente dans son format d'origine, a été modifiée. Les artistes en ont bien évidemment conservé toute la trame, se contentant d'en rajouter encore et toujours plus dans l'ignoble, l'immonde et la provocation. [Zehef, Morsay - Baize Sarko (feat. Moha 72, Alien, Nocif, Private, Lexro, Bledoss & 100 Bastos), tel est le titre exact !]

Pourquoi se seraient-ils gênés puisqu'on les a toujours laissé faire...

D'ailleurs, on retrouve dans cette compilation toute une phraséologie qui, bout à bout, représente de lourdes peines de prison potentielles. C'est toujours le deux poids deux mesures dont on se demande depuis des années combien de temps les français vont encore le tolérer.

Jugez en plutôt par vous même. Attention, âmes sensibles s'abstenir. Florilège...

Le refrain donne le ton à l'ensemble : « Sarkozy on te baise, on te baise, on te baise ! La police on l'encule, on l'encule, on l'entrecule ! (SIC) ».

Le reste est à l'avenant. Extraits... (et ça dure 07mn 06 secondes !)

« Sarkozy, on t'aime pas p'tit pédé (...) nique ta race toi et ta pute (...) on s'en bat les couilles de ta race sale pute (...) dédicace à vous bande de fils de pute (...) on baise les keufs (...) Nicolas a niqué la chatte à Carla (...) on mange les poulets égorgés casher (...) j'connais des mecs qui sont au chaud pour faire des braquos (...) tu trouves que j'insulte trop vas te faire baiser (...) on descend et on te saigne (...) rien à branler de leur politique d'enculés, allez leur dire qu'on va tout bruler (...) on rêve tous de voir un keuf qui cane (...) nique la flicaille (...) laisse moi les insulter tous ces fils de pute (...) sarko et sa pute de pouffe (...) je pisse à leur drapeau (...) et ses putes de poulet, que les juges nous sucent la bite (...) sale schnouf (sic) je vais te faire la sèremi (misère) si je sais ou t'habites (...) un bédot (joint) suffit plus pour bruler le comico (commissariat) (...) ici on baise tout (...) c'est pas ta BRB qui va stopper les narcos (...) les ghettos chauffent comme une braise, la police on la baise frérot, prends du biz qu'on s'engraisse négro (...) anti chtards (flics) depuis tout petit on crame les roues (...) j'le charge c'est de la tuerie, c'est l'abattoir pour les porcs (...) tu ressens toute la haine de mes versets (...) la police je l'encule, l'état je l'encule (...) nique la mère à Brice Hortefeux (sic) (...) devant l'Élysée, les schlass (couteaux) aiguisés, on les crame (...) on encule la France, Sarko et les colons (...) nique sa mère la volaille, j'roule pété au volant, sans permis j'porte une arme (...) moi ma thune est illicite et caché dans l'bocal (...) mon teshi (shit) en plein contrôle je le fout sous le çoncale (caleçon) (...) moi j'encule les porcs (...) c'est la vraie vie dans nos blocs, que des vrais black, des beurs qui font mal à la face (...) à quatre pattes les poulets s'ont plus qu'à voler sans plumes » ... Et le tout se termine par un coup de feu retentissant avant une dernière reprise du refrain que certains n'hésiteront pas à juger bon enfant !

Contrairement aux affirmations tristement courantes, nous pensons que la majorité de nos compatriotes ne connait pas ce genre de rap et ne se rend pas compte de l'ampleur du problème.

Et pourtant, s'ils savaient ...

De grandes entreprises comme Virgin ou la Fnac n'hésitent pas à faire publiquement la promotion de ce type de brulots infâmes comme le prouvent ces liens.

http://www.virginmega.fr/musique/titre/zehef-morsay-baize-sarko-feat-moha-72-alien-nocif-private-lexro-bledoss-100-bastos--105699243,page1.htm

http://musique.fnac.com/a2619770/Truand-2-La-Galere-Cli-cli-notre-plaque-tournante-CD-album?PID=6575

Et encore ce n'est que la face cachée de l'iceberg, tant la plongée dans ce monde, ces réseaux, ces sites internet (y compris audiovisuels), ces vidéos, etc, donnent lieu à la découverte permanente de propos barbares.

Mais n'en doutez pas par contre, si une Madame Dupont demande via une petite annonce (et sans haine), les services d'une bonne française de souche, elle sera trainée sans ménagement devant le tribunal correctionnel et se verra fort certainement condamnée à un an de prison avec sursis, 1,500 euros d'amende, sans compter le stage dit de citoyenneté imposé, exorcisme moderne et obligatoire servant à expurger le mal à la racine selon des méthodes moscoutaires ayant déjà fait leurs preuves dans l'histoire. On n'ose imaginer ce qui arriverait à cette même madame Dupont si, en plus, elle a conduit sa voiture à 70 km / heure, au lieu de 50 avec 0,6 grammes d'alcool dans le sang, et après avoir osé fumer une cigarette dans un « bar tabac »...

Tout ceci est à mettre également en parallèle avec l'affaire « Rodolphe Crevelle », journaliste condamné à trois mois de prison (ferme ! + le reste) pour racisme dans un article ne contenant pas, selon nombre d'observateurs, la moindre trace dudit racisme. A lire ici : http://www.fdesouche.com/?p=7326

Ici la version d'origine de « DJ Moha » datant de 2007.



MOHA DU 72 VS SARKO



Et Ici, la version « truand 2 la galère » de 2009.



morsay et zehef truand 2 la galére



Nous ne croyons pas avoir soulevé un lièvre, ni avoir délivré un quelconque scoop. Néanmoins, il se peut que notre mise en lumière en dehors du microcosme communautaire du rap puisse faire réagir certaines personnes ou groupes de l'industrie musicale, qui seraient ainsi tentés de tout retirer à la va vite. En conséquence, nous avons enregistré et archivé tout ce qui concernait de près ou de loin le titre en question (et d'autres bien sur). Tout été archivé (copies d'écran, sites, musiques; clips, labels, articles, etc) pour l'édification future éventuelle de toutes et de tous.

« Orelsan », qui n'a rien d'un seigneur Nippon, n'est que l'arbrisseau qui cache l'immense jungle du scandale, le vrai !

Les françaises et les français doivent ouvrir les yeux avant qu'il ne soit trop tard. Il est plus que temps de mettre un terme définitif à ce flot de haine et de violence inouï ! Et sur l'échiquier politique hexagonal, un seul homme, un seul mouvement, sont capables de le faire sereinement mais fermement, c'est Carl Lang et le « Parti de la France » !






---> Message à faire suivre, comme d'habitude, partout et par tous les moyens bien sur... Et pensez également à bien cliquer sur le bouton "VOTEZ" à droite du premier article, c'est toujours important ! Merci...


11 commentaires:

souklaye.sylvain a dit…

les excès du White Trash made in France ou l’histoire d’un mauvais remake

White Trash.
Le terme sera la coquetterie des prochains jours dans la presse ignorante ou en déficit d’adulescence.
Le phénomène a été sociologiquement marqueté par un spécimen quelconque dans une maison de disque, major ou indépendante, il n’y a plus de différence. Il n’y en a jamais eu.
Puisque le but principal des organes de production culturelle est de fournir une solution adaptée à toutes les niches de population, alors autant tirer avantage de la paupérisation ambiante qui unit les enfants de prolétaires high tech et de la bourgeoisie vintage dans une middle class pseudo universitaire.
White Trash. Là où l’on pourrait trouver l’expression raciste comme bamboula® ou bougnoule, on y trouve une forme méliorative d’acceptation socialo-artistique qui émoustillera les mêmes illuminés qui ont mis au panthéon l’illettrisme d’Abd Al Malik.
La suite :
http://souklaye.wordpress.com/2009/02/16/white-trash-made-in-france-ou-l’histoire-d’un-mauvais-remake/

Pierre a dit…

Je connais le blog de sylvain souklaye et même si je ne partage pas toutes ses idées, je le trouve nettement plus intéressant qu'un soral par exemple.

Par contre, il me semblait que le terme "white trash" désignait les "pauvres blancs" américains, une espère de synonyme de "redneck" (beauf en français), et, par extension, la révolte plus ou moins artistique de ceux-ci, avec leur émancipation culturelle à tendance politiquement incorrecte. Donc, si c'est le cas, qu'est ce que cela vient faire dans un débat sur les dérives violentes, barbares et hors la loi du rap ? Je pose la question.

Ceci étant dit, je trouve les remarques de sylvain souklaye pleines de bon sens, comme je trouve l'article du site particulièrement intéressant. Il est vrai que la mise en parallèle de la totale liberté, (je dirais même la license absolue), des gens du rap avec l'interdiction de toute rebellion des français de souche en version castration totale est révélatrice d'une société qui ne peut que s'écrouler.

Merci de cet article hors des sentiers battus et loin de la routine gnagnante qui règne dans les gazettes.

J'aimerais bien vivre assez vieux pour connaitre la réplique "white trash" à ce rap à deux balles produit par, il faut bien le dire, des branl.... eux aussi à trois francs six sous.

Ceci dit les condamner et les interdire me parait ne pas relever de la censure dictatoriale mais du plus élémentaire bons sens de salubrité publique.

Amicalement.

Nadège a dit…

C'est hallucinant. Je savais que ça allait loin et que c'était très grave, mais à ce point ça confine à de la maladie mentale ! Je suis outrée et je suis d'accord avec vous. Il faut en finir.

Daniel a dit…

Bravo pour cet article. Vous avez raison, cela fait des années que les gens du rap se permettent tout car on leur donne tous les droits, surtout des droits dont les nationaux sont privés depuis des lustres, sous la menace de sanctions de plus en plus lourdes. C'est tout bonnement intolérable. Ce qui est parfaitement insuportable et nauséabond, en plus de la chose en elle même et du deux poids deux mesures dont vous parlez, c'est que ce sont des assos du genre de "ni putes ni soumises" qui ont toujours approuvé, et la mise à l'index des patriotes et le rap violent quand il est anti droite et anti français, qui montent au créneau contre le titre "sale pute" de cet orelsan pour des raisons très politiquement correctes. Alors il faudrait que l'état soit clair. Soit on interdit tout, soit on autorise tout pour tout le monde. Mais finissons en d'abord avec le deux poids deux mesures qui me parait effectivement être le premier scandale de la chaine.

Anonyme a dit…

Et ces gens là ne sont jamais inquiétés ??? La France est dans un état de délabrement total !!!

Wilfried a dit…

merci à vous de nous informer car j'étais très loin de me douter de tout cela et je tombe des nues.
j'ai été jeté un oeil dans cet univers glauque et vous avez raison on trouve cete barbarie partout partout c'est proprement délirant ! que fait l'état ? rien, strictement rien. et dire que certains encouragent ! en plus ces gens pratiquent le racisme anti blanc sans bergogne et sans retenue. On va laisser faire encore combien de temps ans réagir ?

Martin a dit…

Je ne sais pas si nos compatriotes se rendent bien compte de la gravité de la situation et en même temps du côté ridicule pour le gouvernement et monsieur sarkozy.
Quand il était ministre de l'intérieur de Jacques Chirac, M Sarkozy avait fait envoyé en prison durant un mois un "jeune" qui l'avait traité de "fils de p...". Et là à travers ce que je lis et écoute, ça fait combien d'années de prison cumulées alors ?
Le pire c'est que plus ça continue, plus les voyous se sentiront forts et iront de plus en plus loin jusqu'au jour où.........

TOUS AVEC CARL LANG (pour les) EUROPÉENNES ! ("T.A.C.L.E") a dit…

Pour "mister white",

C'est par courriel sinon rien. Désolée, mais c'est la règle. Pour votre information, voire votre édification, vous ne l'avez sans doute pas remarqué, mais nous ne publions que les commentaires liés à l'objectif initial de ce site, comme précisé dans nos règles, et encore uniquement s'ils sont de qualité. Nous ne souhaitons pas trop de commentaires, sauf si une discussion s'ouvre sur un sujet précis, ce qui arrive parfois. Cela ne vaut pas pour nos amis bien sur.

D'autre part, ce type de sujet ne peut s'aborder et « s'envisager » que par courriel, c'est évident. Nous sommes quelques uns à pouvoir répondre aux emails et nous poursuivons aussi parfois les discussions au téléphone voire en direct. Nous sommes ouverts, comme l'exige en fait l'action politique.

Nous pouvons uniquement (et par gentillesse) vous rappeler ici quelques évidences.

Les insultes n'ont évidemment pas leur place chez nous, et tous les jours nous jetons à la "corbeille" plusieurs dizaines de commentaires. Nous sommes lus, nous irritons, tant mieux !

Concernant le rap, ,nous savons pertinemment qu'il existe plusieurs formes de rap, donc également un rap dit "poétique", un rap dit "social", un rap dit "celtique", un rap dit "provençal", un rap dit "artistique", un rap dit "de blanc", et même un rap dit "nationaliste", la liste étant tout sauf exhaustive...

ON S'EN MOQUE TOTALEMENT ! Que ces gens fassent leur vie sans nous, c'est parfait ! Sommes nous suffisamment clairs ? ...

Deux éléments de réflexion et/ou de réponse à vous donner.

Premièrement. Quand on regarde qui est pour (et d'où ça vient) on ne peut être que contre !

Deuxièmement. Les plus anciens d'entre nous ne tiennent compte que d'une seule chose : L'origine ! (au sens historique)

Le "mouvement" rap est né au début des années 80, il y a déjà plus d'un quart de siècle. On peut affirmer, sans risque aucun de se tromper, que l'immense majorité de celles et ceux qui ont toujours eu en sainte horreur cette pseudo culture, faisaient abstraction de la couleur de peau, de la religion, de l'ethnie et de l'origine sociale. Ils n'avaient en tête qu'une seule chose en fait : Le rap, loin de favoriser une quelconque réflexion, qu'elle soit profonde, intellectuelle, intérieure, politique, sociale ou autre, n'était en fait qu'une forme avérée de dictature de la pensée. Ce n'était qu'une tentative d'imposer la pensée unique ! Le principe même que nous avons toujours eu en horreur c'est de marteler des paroles dans l'unique but que celles-ci deviennent la pensée même de l'auditeur, qu'elles se substituent à sa propre pensée voire qu'elle l'empêche de penser par lui même. En clair et prosaïquement, il s'agissait à la base, à la racine, d'un véritable bourrage de crane, qui plus est en forme d'acculturation totale !

Ce phénomène de "paroles imposées et prédigérées" a alors atteint, via des manipulations de type "SOS racisme", toute la variété de l'époque, qui s'est mise à calquer ce type de textes sur leurs musique.

Les jeunes nationaux, nationalistes et patriotes se sont alors totalement détournés de la "musique officielle" pour s'orienter vers le mouvement "Oi" et ses avatars 'RAC, RIF, etc), quitte à se « ghettoïser ». Il faut dire que les délires surréalistes et fantasmagoriques de la "oi" étaient tout de même plus "fun" que le rap et le "hip hop" de l'époque dénommé "smurf" (sic lol).

Quelques années plus tard, ce fut l'explosion, dans l'underground, du mouvement dit "techno", sur des bases radicalement inverses du rap. Pour n'imposer aucune parole, il fallait l'absence totale de texte, l'auditeur ainsi recentré sur lui même pouvant se faire les siennes propres.

Même un "idiot utile" du système comme Philippe Manoeuvre a pu écrire à l'époque ceci : "La musique, telle que nous la concevions, est arrivé au bout du chemin. Elle tourne sur elle même. Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, place au monde "électro", au monde sans texte, et ce n'est que le début".

Un autre grand magazine musical (auquel nous ne ferons pas de publicité) a pu écrire dans ses colonnes, en 1993, que : "dorénavant, tous les week end, à raison de quatre soirées par département, soirées regroupant en moyenne 1.000 participants, ce sont plus de 300.000 jeunes qui festoient dans l'hexagone, ce sans apporter un centime au système de l'industrie musicale, sans écouter une seule musique vendue à la 'fnac", en l'absence de toute chanson à texte, et pour tout dire, de toute parole prononcée. C'est l'exacte opposé du rap. Chez les jeunes aujourd'hui, il faut choisir son camp, sa communauté, sa tribu."

Déjà en 1993... Sans commentaire.

Seuls les nationalistes en fait ont été frappés d'interdit, comme d'habitude. L'ostracisme est toujours unilatéral.

Les tentatives de type "basic celtos" ont été de cuisants échecs ! Ce type de greffe ne prend jamais et pour cause, le principe en est toujours le même. Dans le camp d'en face aussi d'ailleurs, des tentatives de rap "anti système" dit "intelligent, tel que le groupe "assassins" n'ont jamais atteint leur but.

Une seule tentative de syncrétisme entre "rock" et "rap" a fonctionné en fait. Ce fut l'apparition de la "raya", quand "La Souris Déglinguée" a connu un virage social affirmé. C'est resté dans les mémoires, mais leur sincérité les a tué et ça n'a duré que deux ans maximum. Qui plus est, ce n'était plus du rap, comme ce n'était plus du rock. Un "ovni" en quelque sorte.

Quelques remarques pour conclure ici.

- Pour quantité de bonnes raisons, nous n'aimons pas le rap et nous n'accepterons évidemment aucun type de promotion du rap ici. C'est une certitude. C'est peut être dommage pour certains, mais pour nous il n'y a pas de bon rap ! Point !

- On se moque totalement qu'il puisse exister de "bonnes" formes de rap. Que les amateurs en fassent eux même la promotion sur tous les supports de leur choix !

- Dans l'article en question, nous incriminons cette forme de rap ultra violent, insultant à l'extrême, décadent, anti français, ne respectant rien, qui se situe à l'extrême opposé de nos valeurs et qui est donc un rap d'ennemis absolus ! Le reste et les autres formes de rap, on s'en moque totalement ! (voir le début de réponse) Tout juste peut-on s'étonner de deux choses. Qu'on puisse défendre ce rap, sous prétexte de réflexe "communautaire" insupportable Comment cela est-il possible ? Et qu'une personne se disant 100% blanche et 100% extérieur aux "cités" (quel rapport ? sic !) puisse se servir d'un tel argument pour venir défendre le rap ! Hallucinant !

(Ajoutons qu'en vue d'un éventuel futur site consacré au rap de ce type, rap de plus en plus majoritaire, nous avons d'ores et déjà archivé plus de 2.000 documents, clips audio, clips vidéo, "chansons", textes, interviews, reportages, etc, sur ce sujet. Nous peaufinons la chose, et ce sera bien plus édifiant que tout ce qu'on peut imaginer. Rien qu'avant hier, un de nos contributeurs nous a envoyé une vidéo où l'on voit un rappeur caïd des cités se disant musulman et déclarant, face à une caméra : "dans ma cité, si je vois un fromage mangé du porc, je lui arrache la tête et je lui nique sa mère". Imaginons qu'on remplace le caïd par un "skinhead", le "fromage" par "melon" et "porc" par "hallal", ça donne quoi ? On ne le sait que trop ! Et ce n'est qu'un tout petit exemple parmi tant d'autres ! Ne pas ouvrir les yeux c'est être complice ! Et Renaud que vous citez [et qui n'est évidemment pas des nôtres] n'a jamais ni dit, ni écrit, ni chanté le millième de cela... )

- Nous ne pratiquons et ne tolérons aucune forme de racisme. Tout ce qui est négatif nous est insupportable, car notre combat ne se veut que positif ! Nous défendons nos valeurs sans détester celles des autres, tant qu'elles ne sont pas dirigées contre nous. Nous défendons et promotionnons les nôtres avant les autres. Nous défendons et promotionnons notre identité sans mépriser celle des autres ! Nous faisons notre l'humanisme et la tolérance, vraies valeurs françaises et européennes. Par contre, la violence est également notre si besoin se fait sentir. Et les loups qui nous prendraient pour des agneaux auraient alors à faire à des tigres ! Ce n'est que sous cette forme là que nous concevons l'action publique. Ceux qui ne comprennent pas que nous sommes chez nous et que nous le resterons en seront forcément un jour pour leur frais. Nous ne le souhaitons pas, surtout pour eux. Si la sagesse de tous ne l'emporte pas, adviendra ce qu'il adviendra, mais, au final, nous savons que nous ne perdrons pas ! Alors il vaudrait mieux que la sagesse l'emporte.

Vous voyez, quand quelque chose ou quelqu'un nous intrigue, nous prenons parfois le temps de nous "poser" et de répondre à l'intrigue, quitte à faire long. C'est positif, il en reste souvent quelque chose.

Mais sachez que, bien évidemment, le type de commentaire que vous souhaitiez voir publier ici sera systématiquement détruit. Alors soit vous vous pliez à toutes nos règles, soit c'est poubelle.

Le reste, c'est par courriel et uniquement là. C'est ça ou rien...

Alors à bientôt ou à jamais, au choix.

Ne nous remerciez pas, nous apprécions les mises au point quand elles sont utiles.


Anne Marie pour "Tous Avec Carl Lang".

TOUS AVEC CARL LANG (pour les) EUROPÉENNES ! ("T.A.C.L.E") a dit…

"mister white"

Très bien. Nous acceptons l'idée de ne plus recevoir de commentaire de votre part. Dont acte.

Mais vous n'avez strictement rien compris du tout !

Ce n'est pas de l'autoritarisme que de fixer des règles précises pour les commentaires. C'est notre choix et notre liberté. Le web est une immense bibliothèque libertaire, voire anarchiste, et sachez bien que nous nous battons pour, qu'en dehors de toute forme d'atteintes aux mineurs, il le reste. Dans une telle bibliothèque, chacun y a sa place. C'est un peu l'auberge espagnole, et il faut que ça reste ainsi. Aussi nous combattons les lois dictatoriales qu'on entend imposer au web. Un carcan de plus !

Nous vous avons proposé de nous écrire par courriel. Pourquoi ? Par esprit volontariste et pour débattre avec vous comme nous le faisons volontiers avec d'autres. Les commentaires sont réservés à nos amis, et plus généralement aux sympathisants de l'initiative salvatrice de Carl Lang. D'autre part, nous excluons automatiquement tous les commentaires hostiles car nous sommes ici dans le catégoriel. Nous n'avons pas la parole partout, tant s'en faut, y compris chez des gens soit disant proches de nous (vaste blague !), et on ne nous accorde même pas la possibilité d'en discuter par courriel.

Vous prenez cela pour de la dictature. Pensez bien ce que vous voulez, mais cela n'a aucun sens, strictement aucun !

Si vous nous aviez contacté par courriel, nous aurions pu, par exemple, vous orienter vers d'autres sites et blogs amis traitant de ce sujet plus en profondeur. Ici ce n'est pas le lieu.

Non seulement vous vous trompez, mais vous n'êtes pas de bonne foi. Vous écriviez ceci, et ce sera la seule phrase de vous que nous citerons, "merci de m'avoir fait découvert que certains français étaient bien pires que ce que je croyais"...

C'est pathétique et à mourir de rire en même temps. Nous n'avons jamais dit ni pensé ce que vous affirmez. Alors...

Vous vous mentez à vous même nous concernant, puis vous faites de ce salmigondis une vérité à notre sujet.

Dont acte là aussi !

Qu'ajouter ? Rien évidemment.

Vous êtes libre de mal nous avoir lu, de mal nous avoir compris, de penser des bobards sur nous.

Nous sommes libres de passer à autre chose et de clore définitivement ce chapitre totalement négatif et improductif

Inutile de revenir sur quoi que ce soit. On ne lutte pas contre la mauvaise foi préformatée et érigée en dogme.

FIN (ou "game over" si vous préférez...)

Anonyme a dit…

Basic Celtos n'a pas été un cuisant échec !! En dehors de notre "milieu" c'est certainement le groupe le plus connu et certainement celui qui a fait le plus parler de la scène identitaire.

C'est aussi ce groupe qui a déclenché un véritable tremblement de terre culturel dans nos milieux en prouvant qu'on pouvait être un jeune militant et aimer la musique contemporaine sans pour autant écouter que de la musique oï !!

Moi je leur tire mon chapeau. Bravo les gars.

TOUS AVEC CARL LANG (pour les) EUROPÉENNES ! ("T.A.C.L.E") a dit…

Nous n'avons jamais dit que "Basic Celtos" n'avait pas eu son utilité, mais nous maintenons nos propos.

Vous parlez d'influence et de renommée "en dehors de nos milieux", alors parlons en.

Si on tape, entre guillemets, (la seule recherche fiable qui soit), sur le moteur de recherche numéro un au monde, à savoir google, "basic celtos", on n'y trouve que 1.900 pauvres références, alors qu'ils jouent toujours, qu'ils ont un "myspace", etc, c'est bien normal vu qu'ils étaient des débuts de la génération "nouvelles technologies".

Si on tape, par exemple, "bunker 84", on trouve 8.600 références, "legion 88" 28.500 références, alors que ce groupe ne joue plus depuis longtemps.

Plus significatif encore, si on tape "division skinhead", qui a marqué son époque mais a peu joué, on trouve encore 2.900 références. Et encore plus démonstratif, si on tape "evil skins", un groupe concernant la génération de la fin des années 70, début des années 80, qui n'a plus joué quasiment après 1989, et qui n'a connu aucune des nouvelles technologies, et bien on trouve plus de 6.500 références précises et directes. Evidemment, eux n'ont aucun myspace et autre choses de ce genre, et ils n'ont sorti que très peu de titres.

Sur les forums c'est la même chose, que ce soit en bien, en mal, en position neutre, en mode liberté d'expression, en mode nostalgie ou en mode guerrier voire culturel, il se dit bien plus de choses sur un très ancien groupe qui n'est jamais sorti du milieu comme "evil skins", que sur "Basic Celtos".

Le moindre pseudo artiste alternatif inconnu qui utilise le web pour sa promon même de façon amatrice, sans influence réelle sur l'opinion, et avec des relais associatifs minimes, a au moins et en moyenne 10.000 références sur la toile.

"Basic Celtos" a eu son utilité, mais, pour nous, finalement assez peu d'influence. Quant à l'échec dont nous parlons, il est avéré.

On peut penser autrement, mais autour de nous et en toute franchise, quasiment personne n'a un souvenir concret de ce groupe. Et nous brassons pas mal de monde, même "en dehors de nos milieux". Heureusement que certain(e)s avaient de la mémoire...

Merci.