samedi 13 décembre 2008

MARINE LE PEN FAIT LE MENAGE AVANT D'EMMENAGER !

C'est la fête au (dernier) carré de Nanterre !

"Marine Le Pen fait le ménage avant d’emménager
(Libération - Le samedi 13 décembre 2008 - C.F.)

L’héritière a mis à l’écart les anciens ténors frontistes, au risque d’affaiblir le parti.

Pour son petit noël, Marine Le Pen trouvera au pied du sapin le cadeau tant convoité, le parti fondé par son père, bien enrubanné.

Mais, à peine le jouet en main, l’héritière s’emploie à le casser. «Elle hérite, mais de quoi ? Et pour faire quoi de ce parti ?» s’interroge un ancien cadre du FN.

Tensions. Les revers électoraux et leurs conséquences financières laissent la petite boutique lepéniste fondée en 1972 dans un sale état. Le conseil national du parti d’extrême droite va se tenir dans ses nouveaux locaux, dimanche à Nanterre (Hauts-de-Seine), sur fond de crise, sans doute la plus grave depuis la scission mégretiste de 1998.

L’annonce par Le Pen, en septembre, de son retrait de la vie politique en 2010 et son choix déclaré en faveur de sa fille pour lui succéder ont avivé les tensions. Les effectifs militants s’effritent, les conseillers régionaux prennent leur distance avec le FN, tout en continuant à siéger sans étiquette au sein de ces instances.

«Et, s’insurge un permanent sous couvert d’anonymat, comme si cela ne suffisait pas, Marine Le Pen met au rancard les cadres historiques du Front», comme Jean-Claude Martinez, le pourvoyeur d’idées du FN et Carl Lang, l’ancien secrétaire général du Front.

«En 1998, deux conceptions différentes du parti et de son positionnement s’affrontaient. Avec la scission, les cadres et les militants ont choisi leur camp. Cette fois, il n’y a pas de complot. Les gens s’en vont sur la pointe des pieds. Ça se délite», analyse un cadre du mouvement.

Dernier exemple en date, Martial Bild qui, lors de la dernière réunion du bureau politique, le 24 novembre, a démissionné de toutes ses fonctions, sans tambour ni trompettes. «Vu tes résultats à Paris, tu ne nous manqueras pas», a lancé Le Pen à l’ancien responsable de la fédération frontiste de Paris.

En solidarité, Carl Lang, exclu de fait pour avoir décidé de présenter une liste dans la circonscription Nord-Ouest face à Marine Le Pen, propose aussisa démission, tout en précisant que «le président n’est pas obligé de l’accepter». «Je ne comprends pas, tu démissionnes ou pas ?» lui demande Jean-Lin Lacapelle, secrétaire départemental FN du Loiret et soutien inconditionnel de Marine Le Pen.

«Les amis de Carl Lang ne l’ont pas suivi. Son opération a avorté», tranche Louis Aliot, le secrétaire général du parti et autre proche de Marine Le Pen. De son côté, Lang dénonce «la création d’un Front familial» et accuse la vice-présidente du FN «de chercher à éliminer tous ceux qui ne lui font pas allégeance. Je n’ai aucune confiance en elle». «Le père et la fille répondent aux interrogations des responsables historiques du mouvement par l’anathème», se désole un secrétaire départemental du Sud-Ouest.

Longévité. Du coup, si Le Pen père a réussi à faire vivre ensemble, pendant près de trente ans, les différentes chapelles de l’extrême droite au sein du Front national, la même longévité sera loin d’être assurée avec la fille. «Elle ne veut plus du FN ancien modèle», soupire Lang, prêt à rebâtir un courant de droite nationale ailleurs."

Source : Libération


---> Nous n'avons jamais eu confiance en Libération au plan de l'analyse politique. Cependant, au niveau des faits, nous retenons de cet article l'admirable "politesse" de Jean Marie Le Pen pour Martial Bild. Ainsi, en moins de 20 ans, nous serons passé de notre devise, "tu dois tout au Mouvement National, celui-ci ne te dois rien", à la même chose mais personnalisé et accaparé par le nom "Front National", pour finir par "tu dois tout à Jean Marie Le Pen, celui-ci ne te dois que le mépris" ! Sans commentaire, nous pourrions devenir inutilement méchants...

Nous retenons également de cet article la saillie de Jean Lin Lacapelle. Nous n'avons pas la mémoire courte et nous saurons lui répondre le moment venu, lors de la prochaine élection le concernant.

Enfin, nous sommes prêts à prendre les paris avec Louis Aliot, expert en contrevérités (il suffit de constater dans la réalité les centaines de ralliements à Carl Lang), popolitologue diplômé, docteur en méthode coué, le Secrétin, pardon le secrétaire gégénéral (faut le dire vite pour éviter de pouffer de rire) du Front National et lui donner rendez-vous d'ici quelques mois pour faire le bilan entre lui et Carl Lang !


Un autre article de Libération à lire ici : (cliquez dessus sinon clic droit)


---> C'est une analyse comme une autre, car en fait toutes les analyses, d'où qu'elles viennent pour une fois, de notre famille de pensée à l'extrême gauche, affirment que les Le Pen lassent tout le monde à force de dire et de faire n'importe quoi !

Une (peut être) bonne nouvelle pour conclure. Une insistante rumeur court en ce moment sur un possible retour de Bruno Mégret. Il reprendrait l'action politique pour se mettre au service de Carl Lang et l'aider dans son entreprise de renouveau. Certains font déjà semblant de rire, tant mieux, on s'en moque. Nous on l'apprécie toujours Bruno. Ah, si seulement l'autre Bruno pouvait bientôt réagir sainement et rallier Carl. Ce serait une autre très très bonne nouvelle avant Noël.

Rendez-vous lundi avec déjà certaines réponses. Demain Carl sera exclu sans aucune surprise, vu que Le Pen avait eu la maladresse de l'annoncer il y a déjà plus de 10 jours par un cinglant "il sera exclu !", démontrant le très grand cas que JMLP fait des instances de son propre parti. Il est vrai que c'est plus facile dans une cabinet de toilette que dans une véritable organisation, surtout quand ce cabinet fait montre d'une docilité à toute épreuve. Demain aussi nous saurons qui va prendre les dernières "têtes de liste" FN pour les européennes, à commencer par l'Ile de France. Demain enfin, nous saurons peut être si certains auront eu le courage de leurs convictions. Si certains amis de Carl Lang le trahissaient, ils se trahiraient eux mêmes !

TOUS AVEC CARL LANG !

15 commentaires:

Domitie a dit…

Je n'aurais jamais cru devoir dire ça dans ma vie, mais là sur le coup Le Pen a vraiment été abject avec Martial Bild. Comment peut-il traiter ainsi quelqu'un qui lui a été aussi fidèle durant plus de 25 ans ? Vraiment, même les plus grands finissent très mal parfois. J'ai honte pour lui. D'accord, c'est peut être le lot de la vie et comme le dit le proverbe "on ne peut être et avoir été", cependant, je croyais que Jean Marie Le Pen ferait partie des rares grands à bien terminer leur parcours. J'ose le dire, c'est pitoyable !

Solange a dit…

Nöel 2006 nous avait apporté le projet de l'UNION PATRIOTIQUE (vite décevant, on sait pourquoi, mais il avait le mérite d'exister, et les bonnes volontés sont allées jusqu'au bout de ce rassemblement).
Ah ! Si Noël 2008 nous apportait l'espoir du retour de Bruno Mégret au service de Carl Lang ! Quel cadeau ce serait pour l'ensemble du MOUVEMENT NATIONAL !
Il s'agit d'une rumeur, il faut rester prudent et ne pas s'emballer. Mais imaginez un peu le tableau : avec l'alliance de Mégret et Lang (ce ne sont pas les personnes mais les idées et les structures les entourant qui sont intéressantes), c'est une vraie dynamique au plan national qui peut démarrer. Le site du MNR, par la voix d'Annick Martin, s'est dit prêt à collaborer avec Lang. Mégret peut mettre la structure MNR (cadres, militants, organisation) au service d'une grande réconciliation nationale. Tout ça prendrait du sens. Et créerait un appel d'air : une sincère union patriotique verrait le jour. Antony, Bompard, etc, n'aurait plus le choix : tous les cadres historiques de la droite nationale pourrait se retrouver.
En tout cas c'est mon rêve secret depuis que Carl Lang s'est soulevé contre le FF (front familial) : la RECONCILIATION NATIONALE avec le MNR, Mégret, les cadres historiques, les militants et toutes les organisations, autrement dit ce qui faisait autrefois la force du FN que nous avons construit de nos mains.
Joyeux Noël à tous ! L'Espérance est permise !

Yannick a dit…

D'accord avec vous Solange, à condition de ne pas se tromper d'attelage. Ce n'est pas un ticket "Mégret - Lang", ça je n'y crois pas. Mais ce doit être Carl Lang + Mégret + d'autres. Il faut savoir retenir les erreurs du passé. J'aime vraiment beaucoup Bruno Mégret, mais maintenant c'est Carl Lang qui doit être mis en avant dans le cadre de l'union du futur. Les idées comptent plus que les personnes mais il faut bien un meneur et je ne vois que Carl Lang. Ceci dit, je partage entièrement votre rêve. Voir ces deux là qui se sont combattu en 1999 se réconcilier, et le faire pleinement, sincérement, pas comme le faux semblant de 2006 que vous rappelez fort à propos, là ça marquerait les esprits. Concernant Bruno Gollnisch, pour moi c'est une énigme. Peut être a t-il un "plan B", je ne sais pas. Mais il est bien trop intelligent et subtil pour ne pas savoir (et depuis longtemps) ce qui se trame. Par contre et contrairement à d'autres personnes dont certaines de mes relations, au risque de décevoir, je ne crois plus en Bernard Antony. En politique nationale et au sens électoral j'entends. Il s'est replié sur ses combats de toujours, combats indispensables, et ma foi il a bien raison. C'est peut être mieux comme ça et plus utile à notre cause. De toute manière c'est son choix et nous devons le respecter.
Une dernière remarque pour conclure mon intervention. Est-ce que les nationaux se rendent-ils vraiment compte que Carl Lang leur offre une chance unique ? Sans lui il n'y aurait pas d'autre choix alternatif que Marine Le Pen ou la groupuscularisation. Il faut à la fois le remercier et le suivre, car l'occasion ne se renouvelera sans doute pas avant longtemps. Il faut donc la saisir.

franc-sparte a dit…

En termes électoraux Megret n'apporterait rien à CL.

Dans l'opinion publique Megret est l'homme à 1% (un peu plus un peu moins), l'homme qui a échoué lors du puputsch de 1998.

En termes de militantisme, Megret n'apporterait rien non plus puisqu'il s'est mis en retrait et que c'est n'est plus lui qui est susceptible de d'amener des bras.

Donc disons pour Megret ce que nous disions pour les autres chefs (ou ex-chefs) de petits groupes nationalistes, s'ils veulent adhérer à la base pourquoi pas, mais le Grand Mouvement devra se bâtir sur des bases nouvelles, avec des militants nouveaux, issus ou non du nationalisme politique.

Il faut arreter de raisonner à partir des anciennes structures nationalistes, qui même toutes réunies (ce qui est illusoire) ne pèsent RIEN.

Il faut irriguer la France jusqu'au niveau des cantons, de responsables visibles puis ratisser chacun de ses cantons, inlassablement, en expliquant ce qui est en jeu.

Je sais que ça parait facile d'écrire celà "bien planqué derrière son clavier", selon la formule consacrée mais pour l'instant c'est hélas tout ce que j'ai à ma disposition.
Je suis CERTAIN que c'est la SEULE méthode.

L'ensemble des intervenants ne proposent en somme que de refaire un FN bis, débarrassé des dérives familiales et "argenteuilloises".

Mais ce FN a existé jusqu'en 2002 à peu prés, et IL A ECHOUE.

Rappelons les chiffres pour 25 ans de FN.
PLAFONNEMENT à 17,5 %
100 000 adhérents (et je suis très large) et pas plus de 10 000 militants (et je suis trés large)

J'attends avec impatience de savoir ce que va faire CL.

En fin de compte c'est tout ce qui compte et non nos petites discussions.

courage et confiance

Anonyme a dit…

Bonjour,

Il faut savoir qu'un nombre conséquent de conseillers régionaux n'ont pas encore franchi le pas, par stratégie pour certains, par opportunisme pour d'autres.
Toutefois, le conseil national d'aujourd'hui va sûrement être bien désert. Même si les kapos de fifille angoissent depuis plusieurs jours craignant un nouveau 5 décembre de triste mémoire. Mais Durbec et l'autre truffe de La Capelle se sont échauffés les articulations pour remplir leur rôle de gardes pontificaux.

Un conseiller régional qui va franchir le pas après les fêtes

Anonyme a dit…

Il devait y avoir l'annonce des têtes de liste,finalement et c'est fort surprenant il n'en fut rien.

Que s'est-il passé?Mystère...

Néanmoins je suppose que les votes d'exclusions de certains membres du FN dont Carl Lang a du mené un débat mouvementé et surement d'autres départs à perspective...

Je suis scandalisé par la phrase de Le Pen à Bild,un type qui milite depuis 25 ans lui dire ça c'est honteux,et j'espère qu'après ça le FN parisien va démissioner en bloc en guise de soutien.

A suivre...

Nadège a dit…

Ce que Le Pen a fait à Martial, ce n'est rien d'autre qu'une sorte de basse banissement.

Je n'ai plus envie de parler de Le Pen, du passé, des histoires à trois francs six sous, des insultes de la part de nantis du show biz, tout ça me donne mal au coeur.

Si Carl Lang se lance, j'adhère. Comme il a dit je préfère mourir debout que de vivre couché. C'est exactement ce que jean marie le pen disait autrefois avant de décliner, quand il affirmait qu'il préférait perdre sur ses idées qu'être élu sur celles des autres.

Solange a dit…

"Le Grand Mouvement devra se bâtir sur des bases nouvelles, avec des militants nouveaux, issus ou non du nationalisme politique. Il faut arreter de raisonner à partir des anciennes structures nationalistes, qui même toutes réunies (ce qui est illusoire) ne pèsent RIEN."

Je ne suis pas d'accord avec vous franc-sparte. Vous superposez deux réalités qu'il ne faut pas confondre : le poids électoral et le poids des organisations politiques. Personne n'a jamais affirmé ici que toutes les chapelles nationales réunies avaient un poids électoral quelconque, personne. Le poids n'est pas d'ordre électoral ici, il est d'ordre psychologique. Que Bruno Mégret n'apporte rien à Carl Lang en terme électoral, peu importe. Ce qui compte c'est recréer une dynamique dans une nouvelle structure (nous sommes d'accord) mais avec ceux qui restent malgré tout les dirigeants naturels du mouvement national. C'est tout le sens de la réconciliation (réelle ou feinte) de Le Pen & Mégret fin 2006. Au moins JMLP était-il plus lucide que sa fille sur ce point. D'ailleurs, moi-même (et bien d'autres dans mon entourage) j'ai voté Le Pen uniquement pour cette raison en 2007. Il faut le rassemblement de tous et de toutes. Mégret ou le MNR sont incontournables quand on connaît la puissance organisatrice et stratégique de ces derniers.

Par ailleurs, affirmer que les militants nouveaux ne viendraient pas du nationalisme, excusez-moi de le dire aussi franchement, mais c'est de l'angélisme. D'où viendraient-ils alors ? Par génération spontanée ? Des Jeunes pop ? du MJS ? de la LCR ?... Il faut une grande réconciliation nationale pour remonter la droite de conviction comme au début du FN. Une nouvelle organisation avec toutes les bonnes volontés, avec l'enthousiasme qu'on a connu dans les années 80-90. Il ne s'agit pas de refaire l'histoire, il s'agit de retisser l'amitié française entre nous, nous reserrer les coudes, croire en l'avenir, foncer et y arriver ! Il faut faire avec ce que l'on a et ne pas compter sur d'hypothétiques et providentiels militants. Exemple : le nombre de cadres au MNR, l'enthousiasme des militants identitaires, l'enracinement des régionalistes (alsaciens, bretons, etc), les réseaux relationnels monarchistes, les familles catholiques, etc, TOUS nous devons nous réunir et redémarer la dynamique. Nous serons puissants car convaincus et convaincants, nous aurons une force programmatique crédible (ce qui changera du marinisme), et les électeurs suivront, ainsi que le nombre d'adhérents et de militants.

Il n'y a que la RECONCILIATION NATIONALE qui soit viable (d'ailleurs ce pourrait être le nom de notre mouvement), à mon avis. Carl Lang doit s'engager concrètement et entièrement en comptant sur des alliés de poids comme Mégret et d'autres (car il n'est pas le seul, je suis bien d'accord).

Vive le mouvement national, populaire, social, catholique !

Yannick a dit…

Je suis d'accord avec vous Solange, mais il faut les deux. Je m'explique. Il y a quantité de jeunes qui sont dans la nature, errants car ne trouvant pas de quoi s'identifier politiquement parlant. Les identitaires ont compris cela qui recrutent des nouveaux toutes les semaines. Cela devrait se généraliser. C'est possible et il ne faut se fermer aucune porte.
Pour le reste je suis d'accord avec vous, et, concernant Mégret, vous avez raison de dire que son éventuel retour relèverait plus de la symbolique entrainant une dynamique que d'un quelconque poids électoral dont on se moque bien. Mégret a connu de très hauts, puis de très bas. Il n'est pas idiot et il a donc compris qu'en plus de son MNR, il lui fallait d'autres alliances et surtout changé son fusil d'épaule tactiquement comme stratégiquement. Il a encore des réseaux, comme le prouve la récente présence en forme de retour de Jean Yves le Gallou à un colloque du MNR, donc pour Carl Lang il serait un plus et c'est bon à prendre. Son retour serait bénéfique et positif je n'en doute pas.

franc-sparte a dit…

bonjour Solange,

Je ne sais pas si le site est encore actif et pourra poster ma réponse.

Je vous propose de raisonner en partant à l'envers, je pense que si vous êtes d'accord avec moi à chaque étape, la conclusion coulera alors de source.

1° point - Nous luttons non pas pour "témoigner" mais pour la victoire, aussi loin et hors d'accés semble t'elle être aujourd'hui.

2° point - La victoire électorale est impossible, je suis pret à vous le montrer de façon imparable dans un autre message. Mais même si elle était possible elle nécessiterait automatiquement et en appui MILITAIRE un TRES fort mouvement populaire de soutien dans la rue, que je chiffre (seul le chiffre est discutable, pas le fond) à au moins 50 000 militants (je parle bien de militants, entrainés et disciplinés, pas de simples adhérents)

3° point - Le mouvement national de l'époque moderne (fin de la guerre d'Algérie) n'a JAMAIS et de trés loin eu ces 50 000 militants, même en additionnant les carpes et les lapins, à fortiori dans un mouvement uni et offensivement organisé.

4° point - Il faut donc aller chercher ces militants un par un, avec les dents sur chaque km2 de territoire. J'AFFIRME TRES FORT que ces 50 000 militants potentiels existent, et même au delà. Je compte, par expérience que pour dégager un véritable combattant il faut au moins 10 et plutôt 20 ou 30 adhérents (ce qui nous amène au nombre de 1 million que je cite souvent)
Nécessairement, tout ce qui précède implique OBLIGATOIREMENT d'aller chercher ces militants supplémentaires (et adhérents) hors de la mouvance traditionnelle nationaliste qui ne compte pas et de loin ces 50 000 militants. C'est de la pure logique.

5° point - Le recrutement élargi ne doit pas se faire en affadissantle caractère identitaire du combat (erreur marinienne) mais en le renforçant, pour être trés clair nous devrons etre PLUS extremiste et dire clairement que nous combattons pour le caractère EUROPEEN du peuple de France métropolitaine et donc pour une inversion drastique des flux migratoires.
Le peuple se dirige naturellement vers ce qui est fort, clair, et sans concession. Soyons plus que simples, soyons simplistes.

6° point - Le recrutement ne peut se faire que par un Grand Mouvement présent sur chaque canton de France métropolitaine qui pourra immédiatement récupérer les retombées de la propagande nationale qui sans celà serait perdue.

7° point - Les anciens mouvements nationalistes soit rejoindront le GM par dissolution du mouvement et adhésion individuelle de ses militants et de ses dirigeants.

Sinon, tant pis, ils ne pèseront pas plus contre le GM si celui ci réussit (et il réussira avec Lang ou avec un autre) qu'ils n'avaient pesé naguère contre le régime. Si tel ou tel (Megret, Anthony, Robert ..ne rejoint pas ça n'a aucune importance, ce que nous allons construire est tellement hors de proportion avec ce qui existe que c'est un océan contre une goutte de rosée éphémère.

Commentaires annexes à propos de votre message. Le poids psychologique d'une union Megret Lang est nul à tous les niveaux.

Il ne concerne que quelques milliers de sympathisants avertis des choses du tout petit monde de notre extreme-droite. Cette union (même en y ajoutant d'autres ex cadres) ne fera que recréer un sous FN de la grande époque et laissera le reste du peuple de marbre.

Ces ex-cadres ont certes un rôle à jouer, soit comme militants de base voire comme cadres cantonaux mais agglomérer de fortes personnalités et leurs suiveurs habituels serait mettre une pierre de 10 tonnes au cou du futur chef.
Les cadres de valeur se révéleront d'eux même de la masse de mes centaines de milliers d'adhérents

(message à ceux qui ici ricaneraient de mes projets pharaonesques, "il rêve avec son million d'adhérents, il les prend ou ?"
Et bien qu'ils ricanent mais qu'ils sachent AUSSI que sans cette condition ESSENTIELLE, tout est PERDU.

Vous parlez de l'enthousiasme des années 80 - 90 (et moi même je le prolongerai jusqu'en 1998), mais qu'a t-il donné cet enthousiasme ?

Il faut juger l'arbre à ses fruits, nous avons TOTALEMENT échoué. On ne se bat pas pour parvenir à 17% ou même pour avoir 300 conseillers régionaux ou 100 députés, on se bat pour prendre TOUT le pouvoir, car ce qui est en jeu est le destin d'une patrie plusieurs fois millénaire et qui meurt sous nos yeux.

Vous pouvez ratisser tout ce que vous voulez de la vieille extreme-droite, apres il va falloir la compter. Je vous annonce un maximum de 100 000 adhérents et à tout casser 5000 militants.

Que faites vous, Solange, avec ça si vous n'allez pas renforcer ce noyau à l'extérieur ?

Si vous ne renforcez pas, c'est fichu, si vous renforcez vous vous retrouvez d'accord avec mes propositions.

Et moi je vous dit qu'à la fin nous gagnerons et que nous gagnerons comme je vous l'ai dit. Je vous l'AFFIRME.

Courage et confiance.

Solange a dit…

Bonjour franc sparte,

Je n'arrive pas bien à vous suivre parce que vous raisonnez uniquement sur le nombre. C'est important, je vois bien ce que vous voulez dire, mais pour moi le facteur déclencheur est d'un autre ordre. Ces deux conceptions ne sont d'ailleurs pas exclusives.

Mais j'ai une question : pouvez-vous, dans votre recherche de chaque militant "avec les dents", vous passez des 200 cadres du MNR, des 100 autres qui sont dans la nature, des militants et des sympathisants ? La réponse est évidemment négative et c'est la même chose pour toutes les autres organisations.

Si Mégret se met au service de Carl Lang, que vous le vouliez ou non, cela créera une énergie, redonnera espoir, enthousiasmera, fera redémarer la machine nationale. Peut-être pas pour vous, mais pour beaucoup ça comptera.

Joyeuse fête de la Nativité.

franc-sparte a dit…

Si il n'y a pas que le nombre qui compte, c'est la donnée principale.

Tout le monde sait que dans une bataille ce n'est pas nécessairement l'armée la plus nombreuse qui l'emporte, c'est même souvent l'inverse parce que le général est plus dynamique, plus astucieux, que la tactique est mieux pensée, que les guerriers sont plus motivés, plus disciplinés mieux encadrés, mieux équipés etc.

Ceci dit même le meilleur général avec la meilleure tactique ne battra pas une armée 1000 fois plus nombreuse que la sienne.

Si je joue aux échecs avec toutes mes pièces contre Kasparov réduit à son roi et un pion, je bats Kasparov.

Le nombre ne suffit pas mais il est indispensable ("nécessaire mais pas suffisant")

Est-ce que je peux me passer des 200 cadres du MNR ?

Non seulement oui sans la moindre hésiatation, MAIS il est même indispensable de s'en passer SI ils se définissent à priori comme "cadres" d'une part et "du MNR" d'autre part.

Si je veux bâtir un mouvement d'un million d'adhérents je peux le faire sans vos 200 MNR, même au début lors de la recherche des premiers militants (je ne développe pas pour ne pas être trop long, mais je peux même me passer de l'ensemble de la galaxie encartée d'extrême-droite - de toutes façons, les plus motivés et les plus sincères,rejoindront le mouvement) je ne ferai pas appel à tel ou tel groupe, ceux qui veulent rejoindre rejoindront, pour les autres c'est sans importance)

Er ensuite je ne veux pas de "cadres" et de "MNR" parce que je veux des militants qui auront à faire leurs preuves (auxquels cas j'en ferai des cadres) et des militants qui ne se réfèrent pas sans cesse à leur mouvement et à leur chef passé mais qui se consacrent à leur chef et leur mouvement de maintenant.

Donc la porte n'est fermée à personne. Si Megret veut venir qu'il vienne, mais en tant que millitant de base.

Celà ne créera évidemment aucune "dynamique" , ce qui seul peut créer une dynamique c'est une présence offensive et continuelle du terrain, plus le charisme du chef, la qualité de ses lieutenants, la discipline de ses militants - d'où qu'ils viennent.

Si Megret se joint au Mouvement avec ses 200 "cadres" il participera à cette dynamique pour 200 millionièmes (0,02%) ce qui est mieux que 0 % je vous l'accorde.

En fait, pour conclure, le ralliement ou pas de Megret est absolument sans aucune importance.

Ceci est valable pour la TOTALITE des chefs des petits groupes nationalistes, je n'en vois pas UN qui puisse apporter davantage que sa simple contribution individuelle (laquelle est bien entendu souhaitable)

Nous serons vite fixés.
Courage et confiance.

le Ket de Bruxelles a dit…

@ franc-sparte = Tout à fait d'accord avec ton analyse et tes réponses à Solange !!!

MIEUX VAUT LA QUALITE QUE LA QUANTITE !

Dans l'hexagone il existe encore des milliers ( 5/6.000) de cadres formés politiquement et qui sont encore capables, malgré un certain âge car tous n'ont plus 20 ans, de motiver et d'animer plusieurs dizaines de milliers de militants-es décidés-es et combatifs-ves (les femmes sont assez nombreuses). Et comme tu l'écris si justement, ils devront tous s'inscrire INDIVIDUELLEMENT, en jetant leurs oripaux de "petits chefs" de "petits groupuscules" aux orties, et en outre renoncer à leurs appétits électoraux en mettant un mouchoir sur leur orgueil.
A ces conditions, un réveil nationaliste est possible et un regroupement de bonnes volontés désinteressées envisageable.
Travail,abnégation,courage,efficacité,compétence et bon sens devraient rapidement produire des résultats dans les quartiers et les communes.
Fi des longs discours, des réunions stériles, des chartes aux pages innombrables ou des "programmes" sans lendemains.
Trois ou quatre priorités suffisent amplement pour le combat à mener contre le Régime et les collaborateurs de l'invasion musulmane.
L'EUROPE AUX EUROPEENS !!!

RECONQUISTA !!!

Anonyme a dit…

D'après ce que vous rapportez (et inspiré par un article publié dans Libération), Jean-Lin Lacapelle aurait interpellé Carl Lang lors du Bureau Politique du 24 novembre de cette manière "Est ce que oui ou non, tu démissionnes ?". Ceci est totalement faux puisque Carl était tout simplement absent de cette réunion. C'est une mauvaise information du journal Libération que vous colportez et qui ne correspond en rien à la réalité. Cette phrase a, en effet, été formulée mais à l'attention de Bruno Gollnish. Jean-Lin Lacapelle s'il ne partage pas la décision de Carl Lang n'a, cependant, pas exprimé le moindre mot à son encontre.
Pour solde de tout compte. Merci.

Léon a dit…

C'est exact, Jean Lin Lacapelle n'a jamais dit cela à Car Lang, mais à ... Martial Bild ! Il aurait voulu qu'il démissionne carrément complétement du Front. Pour le compte (avec ou sans solde), c'est assez pathétique je trouve. Enfin ......