samedi 28 février 2009

UN NOUVEAU GROUPE POLITIQUE DANS LA REGION CENTRE ! (et quelques précisions utiles ...)

Encore un nouveau groupe politique dans la région centre... (et quelques précisions utiles !)



A lire sur l'excellent site de Michel Hubault, premier secrétaire général du "Parti de la France", à qui nous souhaitons bonne chance et bon courage dans ses nouvelles fonctions.









Utile précision (à destination des éternels mécontents) : Contrairement à ce que certains affirment depuis le lundi 23 février, dans des commentaires évidemment non publiés, Michel Hubault n'est pas un admirateur béat des États Unis et d'Israël. Il refuse simplement, en authentique Patriote Français, la "ligne" "pro arabe" intégriste que de soit disant nationalistes voudraient imposer à notre famille de pensée. Nous aussi nous rejetons cette "ligne", comme nous rejetons son pendant opposé et tout aussi néfaste de soutien total et délirant aux États Unis et à Israël. De toute façon, notre ligne est claire, comme nous l'avons toujours affirmé (et répété), et elle se résume ainsi : "Ni Keffieh, ni Kippa !". Les Nationaux, Nationalistes et Patriotes Français n'ont pas vocation, ni à adorer les uns ni à détester les autres. Nous avons nos idées, nos principes et nos valeurs propres, le tout formant un idéal positif et en aucun cas négatif ! Nous entendons porter haut, fort et fièrement l'étendard de nos idéaux, mais nous ne prenons certainement pas nos idées à l'étranger. Dans le grand théâtre du monde, il ne saurait être question pour la France, "Mère des Arts, des Armes et des Lois", de se faire imposer quoi que ce soit par qui que ce soit. Il nous semble que cela devrait être évident pour toutes et tous. Apparemment ce n'est malheureusement pas encore le cas, et c'est bien dommage. Aussi nous le disons et nous le redirons encore, il est hors de question de soutenir ici, de quelque manière que ce soit, quelques idées que nous puissions avoir en commun avec chaque micro clan en question, ni celui dédié à la détestation des États Unis d'Amérique (et de leurs alliés), ni celui dévoué benoîtement à son admiration servile. Carl Lang et le "Parti de la France" ont indiqué, depuis le début et pour les élections européennes, la marche à suivre positivement par les Nationaux en la matière. "Pour une France française dans une Europe européennes" ! Carl Lang a, de plus, clairement affiché sa préférence à l'avenir pour un grand partenariat sincère avec notre voisin Russe. Se faisant, loin des idéologies passéistes et/ou ringardes, il se situe en droite ligne de l'héritage du génie français qui ne saurait voir que ses intérêts propres, généraux comme particuliers. C'est cela qui nous intéresse et certainement pas autre chose. Le reste n'étant pas nôtre, nous l'abandonnons volontiers aux passionnés de l'inutile et du vide. Nous aimerions bien que cette ligne soit comprise et partagée par le plus grand nombre. Merci.




7 commentaires:

Emanuelle a dit…

Seul compte la défense de la race blanche. Je préferai toujours un russe ou serbe orthodoxe plutôt qu'un catholique traditionnaliste béninois ou camerounais. J'espère que carl lang est également sur cette même ligne (j'ai un gros doute avec dans ses rangs quelqu'un comme Bernard Anthony).
Mais je ne veux pas entamer la polémique ici et maintenant. Laissons les choses se décanter un peu..., nous verrons bien.
Je suis prête à mettre pour le moment, mon drapeau dans ma poche (racialiste et païenne : aie aie aie, j'entends déjà les loups hurler !!) au nom du tous ensemble pour combattre la décadence et la déchéance de notre société, mais il est clair que pour la réussite de l'initiative de carl lang, tout le monde devra y mettre du sien car sinon, désolée de vous le dire, c'est voué à l'echec.
Tout celà ne m'a quand même pas empêchée d'adhérer, il y a 48 heures au parti de la France.
Une terre, un peuple (comme dirait P.Vial).

TOUS AVEC CARL LANG (pour les) EUROPÉENNES ! ("T.A.C.L.E") a dit…

Chère Emanuelle,

Vous voyez, nous vous publions, il n'y a donc pas de soucis quant à notre volonté d'union la plus large possible.

Quelques précisions cependant.

Nous pensons que les races et les ethnies existent, sans que cette affirmation ait quelque chose à voir avec tout classement, hiérarchisation, racisme ou racialisme.

Il serait un peu long voire fastidieux de faire ici un retour en arrière exhaustif sur l'histoire du peuplement de la France. Nous vous conseillons pour cela la lecture de la "Nouvelle Revue d'Histoire", excellente revue de l'excellent Dominique Venner, dont plusieurs articles dans différents numéros sont consacrés tout à fait objectivement aux différents aspects de l'Identité Française. Le site de la NRH figure dans nos liens.

Vous pouvez également lire les ouvrages et articles de messieurs Antony et Vial que vous citez et qui se rejoignent sur bien plus de points que l'on peut imaginer de prime abord. S'il y a plusieurs vérités possibles, il n'y a jamais qu'une seule réalité qui s'impose, surtout dans l'urgence de notre situation particulièrement dramatique.

Nous pouvons également vous conseiller plusieurs autres auteurs sur le sujet, mais pour cela, merci de nous le demander par courriel.

En fait et pour résumer la chose, la France n'est évidemment pas issu d'éternels brassages sans fin et n'est en aucune manière le produit unique de l'immigration tous azimuts, constructivisme et dogme absolu que veulent nous vendre le système en place.

En revanche, la France n'a pas connu la même évolution quant à sa population qu'un pays comme l'Allemagne par exemple, et il serait idiot de nier qu'un Soral puisse avoir raison quand il affirme que la France n'a pas la même référence au "Volk" que nos voisins et amis d'outre Rhin.

En clair, nous nous situons entre ces deux options du « tout melting pot » et du « tout ethniciste », positions fausse et extrémiste pour la première et un peu trop radicale par rapport à la complexité de l'histoire de France (comme par rapport à la réalité) pour la seconde. Néanmoins, le « fond commun » est là, et si nous rejetons définitivement la première, nous nous contentons de nuancer la seconde avec tempérance.

Bien que n'étant pas, ni gaullistes ni gaulliens, tant s'en faut, nous reprenons à notre compte la définition que donnait le général De Gaulle de l'Identité Française. Ce dernier affirmait que, tout en tenant compte d'autres apports et tout en prenant en considération les spécificités particulières de son histoire, la France était bel et bien une civilisation d'essence blanche, gallo romaine et chrétienne.

Nous pensons que sur cette base là, il doit y avoir l'accord et l'assentiment de toutes et de tous.

Par contre, vous affirmez d'instinct préférer, par exemple, un Russe orthodoxe à un Béninois catholique traditionaliste Que cela soit votre option, bien sur, bien d'autres la partagent. Mais nous ne voyons pas bien le rapport. Pour nous, il n'y a pas de préférence à donner en la matière, mais un simple constat à faire. Dans le même esprit, nous ne comprendrions pas qu'un catholique de Tradition affirme qu'il préfère un de ses coreligionnaires Chinois à un Hongrois païen, par exemple. Ce serait son droit et son choix, mais nous n'y verrions pas non plus le rapport. Le rapport justement, c'est ce qui doit (devrait) occuper tout notre esprit en la matière. Bernanos écrivait que de dire « la France aux Français » ce serait un peu comme d'affirmer « l'Église aux bigots ». Avait-il vraiment tout à fait tort d'affirmer cela ? Quand on lit et relit Jean de la Viguerie, comment ne pas se poser des questions sur le caractère charnel tout à fait hors norme de la France et de notre amour pour elle ? Si la France, contrairement aux affirmations des révolutionnaires et marxistes en tous genres, n'est pas qu'une idée, loin de là, en devient-elle pour autant le bloc monolithique qu'elle n'a jamais été ? Cela aurait peut être été préférable aux yeux de certains que les choses soient plus simples pour nous, comme c'est le cas dans d'autres contrées, mais telle n'est pas la réalité. D'autres ont cédé par ailleurs et ne voient plus dans notre pays qu'une vaporeuse abstraction servant de prétexte à leur idéologie néfaste. Nous entendons ne rien céder. La France procède d'une alchimie mystérieuse entre héritage et apport, entre le sang et l'adhésion sans faille, entre ceux qui en sont et ceux qui l'aiment et donnent tout pour en être. C'est d'ailleurs pour cela que la France avait adopté le Droit du sol, car de fait et quand elle était forte, la France agissait comme un organisme biologique, rejetant tout ce qui pouvait lui être néfaste et acceptant tout ce qui pouvait la renforcer. Depuis maintenant plus de 70 ans, tous nos garde fous, toutes nos barrières, toutes nos valeurs, toutes nos défenses immunitaires ont disparu, tous nos verrous ont sauté et c'est pour cela que le pragmatisme commande de revenir impérativement et le plus rapidement possible au Droit du sang avant qu'il ne soit trop tard !

Pour prendre votre exemple Emanuelle, le Russe orthodoxe est évidemment plus proche de nous par sa situation géographique continentale, sa culture et sa civilisation. Il est donc un voisin direct, un frère européen et un camarade potentiel. Le Béninois catholique traditionaliste (toujours pour reprendre votre exemple) est lui d'un autre continent, d'une autre culture, mais il a en commun avec nous la foi et la croyance en l'espérance. De plus, lui aussi est en première ligne face à la menace islamiste. Si, en plus c'est un patriote sincère, avec tout ce que cela implique, alors il est pour nous certes évidemment plus lointain que le Russe que vous évoquez, mais il n'en demeure pas moins un camarade potentiel aussi.

Vous citez deux personnalités opposés sur bien des points, Bernard Antony et Pierre Vial. Bernard Antony a rallié Carl Lang en prenant le "Parti de la France", tandis que Pierre Vial va surement le faire, lui qui a été le tout premier dirigeant nationaliste d'importance à approuver la démarche de Carl Lang et à appeler à voter pour lui immédiatement après le 15 novembre dernier. Par le passé, messieurs Antony et Vial ont su affirmer que le syncrétisme dans la synthèse était acceptable voire que c'était la seule voie possible. Nous ne voyons pas pourquoi cela ne serait plus d'actualité.

Enfin, nous ne partageons pas votre définition du "Une terre, un Peuple". La France n'est ni un race, ni même une ethnie, cependant elle est d'essence blanche et européenne. Nous savons que cette ligne, ce cap, comme tout ce qui est droit, est difficile à maintenir mais nous le maintenons car c'est à la fois la réalité et la vérité.

Nous lions l'identité française à la nationalité, et nous continuons de faire nôtre ce slogan qui a fait ses preuves : "Être Français, cela s'hérite ou cela se mérite !".

Bien évidemment, cela ne saurait remettre en cause les choix qui sont les nôtres quant aux mesures qu'il faudra appliquer une fois aux affaires : Suppression de la double nationalité, les bi-nationaux devant choisir définitivement ; remise en cause de toutes les nationalisations indues et infondées (nous pensons bien sur aux nombreux décrets non votés sur lesquels il peut et il doit y avoir une rétroactivité morale et juridiquement fondée) ; déchéance de la nationalité pour toute personne se comportant comme le national d'un pays étranger ; inversion des flux migratoires, changement impératif du code de la nationalité, préférence nationale, préférence européenne, notamment.

Nous entendons rester maîtres chez nous, et nous respectons infiniment ceux qui veulent en faire autant.

Chère Emanuelle, sans avoir tout à fait vos options personnelles sur le sujet, nous les respectons (nous ne hurlons donc pas avec les loups ... sourires), et nous partageons avec vous l'essentiel, à savoir l'urgence absolue qu'il y a dans la sauvegarde, la défense, la pérennité et la promotion de notre Identité.

Nous résumons cela par « les nôtres avant les autres ! », sans ostentation, mais sans aucune honte.

Notre devise est et restera : « Nationalistes de tous les pays, unissez vous ! »

Merci de nous avoir donné l'occasion de préciser nos positions une nouvelle fois.

A suivre...

Amitiés Nationalistes.

franc-sparte a dit…

Chers amis de TACL,

Je suis du même avis qu'Emmanuelle, qui a évidemment raison (puisqu'elle est du même avis que moi :-).
Quant à vous votre mise au point me parait un peu embrouillée ...

Encore une fois, il faut aller droit au but et dire les choses abruptement, le peuple, qui ne réagit pas comme une somme d'individus, fuit comme la peste les dénégations embarrassées (à la sauce Anthony ou Holeindre)

Quand vous dites "la France n'est ni une race ni même une ethnie" vous rendez vous compte que vous reprenez exactement le pire des slogans des ennemis de la France ? (avec l'inénarrable "nous sommes tous des enfants d'immigrés"

Ce slogan a un but clairement démoralisateur, démobilisateur, et dépréciatif.
Il faut le rejeter absolument. Le combattre et le réduire en charpie.

Remarquez qu'on ne dit jamais "le bénin n'est pas une race, "le japon n'est pas une race", on ne le dit, cela, que des nations euuropéennes.

La France est une race.

C'est ce qu'on peut appeler une race-résultat, issue de la fusion harmonieuse de deux peuples européens, le substrat proto-celte et/ou ligure avec les envahisseurs celtes du V° AV, ainsi que César nous le dit, le prenant lui même de l'enseignement des druides.

Ensuite sont venus se greffer quelques latins, germains, et autres peuples, tous de même souche européenne.

Le résultat formant la France homogène du XVIII° siècle, avant que récemment une nouvelle vague d'immigration européenne vienne s'ajouter à notre nation au début et au milieu du XX° siècle.

Ceci est la part inaliénable de notre identité, celle qui nous fait tout perdre si nous la perdons (ce qui n'est pas le cas de la part chrétienne ou païenne ou républicaine ou royaliste ou ce que vous voulez, qui n'est qu'un vernis)

Si la France n'était pas une race aucune nation, aucun peuple ne le serait.
Par exemple, les dernières recherches génétiques sur les islandais, peuple réputé le plus homogène, montrent que celui-ci n'est pas scandinave mais issu de la fusion d'hommes surtout scandinaves et femmes en forte proportion ouest-européennes.

Bref. Comment traduire cela dans un programme politique ?

D'abord, et c'est IMPERATIF, en combattant les slogans faux, vicieux (et je le répète démoralisteurs) de la gauche anti-française (ce qui implique à fortiori de ne pas les reprendre nous-même)

Ensuite en ne faisant aucune concession sur l'absolue nécessité de l'inversion drastique des flux migratoires.

courage et confiance.

TOUS AVEC CARL LANG (pour les) EUROPÉENNES ! ("T.A.C.L.E") a dit…

@ Franc Sparte,

Ami et camarade, nous vous publions bien volontiers et avec plaisir, même si nous aimerions que vous évitiez les fausses querelles infondées et les « affirmations conclusions » pour le moins hâtives que vous formulez ou que vous nous faites formuler de façon erronée, même indirectement. Nous sommes libres de penser comme nous l'entendons sans que notre raisonnement soit détourné. Merci. Désolé mais nous ne cédons rien à l'ennemi ou à l'adversaire en affirmant que la France n'est pas une race. C'est notre avis et nous ne faisons pas semblant. Nous n'imitons personne. Nous sommes ce que nous sommes et non ce qu'on voudrait que nous soyons. Nous combattons évidemment le mensonge du "tous des enfants d'immigrés" que nous ne sommes bien sur pas. Aussi, sachez que nos positions ne sont que le subtil amalgame du fruit de nos connaissance sur ce domaine allié au pragmatisme devant l'urgence.

Vous mentionnez souvent, et à juste titre, cette urgence camarade. Mais méconnaissez-vous les lois actuelles à ce point ? Tant qu'elles n'auront pas été abrogées, tant que nous n'aurons pas recouvrer l'intégralité de nos libertés d'action et d'expression, rien ne sera possible, et vous le savez bien.

Nous partageons pour une grande partie votre définition de l'identité française, même si vous omettez d'autres apports que ceux que vous citez. Ceci étant dit (et bien dit), cela ne change rien au fait que la France n'est pas une race ni une ethnie au sens communément admis, (tout comme le Bénin que vous citez, le Japon c'est autre chose), puisque, vous même, vous y ajoutez la notion floue de "résultat". Nous aurions pu y ajouter pour notre part celle de "substrat".

Même Georges Montandon, un des principaux théoriciens du racisme d'avant la seconde guerre mondiale, mort exécuté en 1944 par la résistance, affirmait ceci, alors au fait de sa gloire : "Non, la France n'est pas une race, elle est une ethnie", ajoutant à ceci "dans la constitution somatique de laquelle entrent les éléments de plusieurs autres". Passons...

Dans son ouvrage "Scènes et Doctrines du nationalisme", Maurice Barrès affirmait ceci : "Hélas! Il n'y a point de race française, mais un peuple français."

Et nous pourrions multiplier ainsi les exemples, mais est-ce bien utile ? Vous nous avez forcément compris camarade !

Ne nous querellons pas et au contraire unissons-nous sur l'essentiel afin de préserver notre identité. Non, la France n'est pas le produit de l'immigration, non notre terre n'est pas une terre d'immigration de droit, non la France ne doit rien à l'immigration sauvage pour ce qui relève de son histoire, oui la France est de substrat européen et est d'essence majoritairement blanche, celte, gallo romaine et chrétienne, oui la priorité est l'inversion des flux migratoires sans lequel nous allons disparaître en tant que peuple européen libre !

Et oui, nous entendons rester maîtres chez nous Ad Vitam !

Comme nous l'avons toujours affirmé, nous ne cédons rien à personne, à commencer par nos ennemis et adversaires.

Amitiés Nationalistes.

franc-sparte a dit…

Je ne tiens pas à lancer un débat sur le thème de la race française, ici, car votre blog n'est pas adapté à un tel débat et vous ne l'avez pas bati pour cela je l'ai bien compris
Je fais donc cette ultime mise au point, si vous le voulez bien, et j'en resterai là sur ce sujet..(voir aussi la conclusion de ce message)

A propos des lois qui restreignent la liberté d'opinion. Je les connais bien. Elles n'interdisent pas encore d'affirmer son identité raciale (ou ethnique pour rester poli, ou prudent).
Je n'ai pas entendu de rumeurs de poursuites contre le CRAN par exemple ....

Je ne suis pas l'inventeur de la notion de race-résultat. Il me semble que c'est René Martial qui le fut, même si cette notion est presque évidente.

Pour faire simple, l'idée fausse est qu'il y aurait originellement des races pures qui seraient conduites peu à peu à se métisser, par augmentation, d'entropie, ce qui aboutirait à un monde uniformément grisouillatre.

L'idée juste est que les races se forment (race-résultat) par agrégation et isolement de populations.
Et qu'elles peuvent ensuite etre detruites par metissage, lequel aboutira dans un délai plus ou moins long à de nouvelles races.

La race française est une réalité.

C'est une race appartenant à la grande race européenne (autres noms: blanche, caucasienne)
Elle contient elle même d'autres races, et ainsi de suite jusqu'au clan familial)

Evidemment elle n'a pas de limite franche, il y a une continuité entre les différentes races européennes, mais c'est aussi le cas dans d'autres domaines. Personne ne peut dire quel cheveu en tombant vous met dans ma catégorie des chauves !
Et pourtant il y a des chauves ...

On distingue sans souci une foule française, d'une foule allemande, anglaise, italienne, espagnole.

La race française occupe, à peu de choses pres, le territoire administratif de la métropole.

D'autre part si l'on reprend la formation du mot "race" on passe par "groupe d'individus apparentés par intermariage", ou "population qui se distingue des autres par la fréquence de certains traits héréditaires".

Ainsi, de par sa formation, le peuple français sest bel et bien constitué en race française identifiable.

Sinon j'aimerai bien que l'on me dise en quoi l'allemagne serait plus une race que la france (à mon avis l'allemagne l'est moins !)

Enfin, que Maurice Barrès (et vous auriez pu ajouter Charles Maurras et bien d'autres jusqu'à JMLP) nie la notion de race française me laisse froid comme un glaçon.

Quelle est l'autorité de Barrès ou Maurras ou Lepen sur cette question ?

Vous me citez Montandon (que j'ai lu) je vous réponds Martial.

On pourrait aussi développer les liens entre race et conception du monde, race et culture, race et mode de vie, mais je m'arreterai là, ça nous ntrainerait bien loin.

Et pour conclure, vous avez raison, la querelle est inutile puisque nos conceptions différentes (la votre, fausse et la mienne, juste ;-)) nous conduisent à souhaiter la même politique.

Donc fonçons côte à côte avec courage et confiance.

TOUS AVEC CARL LANG (pour les) EUROPÉENNES ! ("T.A.C.L.E") a dit…

@ Franc Sparte;

Le « smiley » n'apparait pas, mais nous avons compris qu'il en s'agissait d'un ( ;-) ) aussi nous le prenons bien (sourires) et nous vous laissons la conclusion (provisoire bien sur), avant de reprendre éventuellement ce débat un jour et de visu.

Contrairement à d'autres tristement connus, ici nous évitons un maximum la censure (du moment que les intervenants respectent la base du site, à savoir le soutien à Carl Lang) et nous aimons le débat d'idées, même si pour le coup nous sommes bien certains d'être en phase à 90%.

Le 10% relevant de ce qui est votre et faux et de ce qui est notre et juste. ( ;-) ) !

Courage et en avant !

Anonyme a dit…

« les nôtres avant les autres ! »

c'est le slogan des identitaires. Ces derniers pourraient être des alliés du parti de carl lang.
Et pour cela, le parti de la france doit être anti-jacobin et être favorable aux cultures régionales (bretonne etc...).